Notre charte éditoriale

Via nos contenus, nous souhaitons permettre en particulier aux jeunes femmes, de gagner en confiance en elles, en leurs opinions et leurs choix afin d’être à même d’intervenir ou créer davantage de conversations autour de leur vie professionnelle, civique ou financière. Nous prônons un débat sain, ouvert, transparent et éclairé.

Nous écrivons en toute indépendance et nos aspirations sont non partisanes. L’ensemble des membres de l’équipe ont signé une charte de neutralité et sont engagés dans une démarche de pédagogie objective et accessible.

Nous rédigeons nous-même nos contenus d’actualité, nous choisissons les sujets que nous traitons, nous recoupons et vérifions nos informations avant de publier quoique ce soit. Nous interviewons régulièrement des personnes spécialisées afin de vérifier la pertinence et la véracité de notre démarche pédagogique. Si d’aventure, des coquilles se glissaient dans nos contenus, notre communauté nous le signale rapidement et nous modifions le contenu dans les 48h.

Nous travaillons parfois avec des organisations qui souhaitent apporter un éclairage pédagogique et contradictoire sur des thématiques qu’elles portent. Dans ce cas-là, ces organisations sont mentionnées explicitement dans les contenus. Ainsi, nous travaillons par exemple avec des organisations internationales, des ministères, des collectivités, des agences de l’Etat ou des marques privées. Ces clients s’engagent à respecter notre charte de neutralité et ce sont nos équipes qui rédigent les contenus.

Enfin, nous nous engageons à ne jamais communiquer ni vendre votre adresse mail et quelconque information personnelle.

Nous respectons votre temps, votre exigence de qualité et votre boîte mail dont les serveurs consomment de l’énergie. Nous sommes reconnaissantes de la permission que vous nous donnez de vous contacter et vous encourageons à supprimer nos emails une fois lus.

Découvrir la Quotidienne de Voxe

Merci beaucoup ! Votre inscription a bien été prise en compte 👍
Ouch ! Il y a eu un problème. Pouvez-vous recommencer ?