Le revenu minimum universel

De quoi parle-t-on ?

Il est aussi appelé “revenu de base”, “revenu d’existence”, mais dans tous les cas, il repose sur des principes essentiels. Ce revenu est :
versé à tous
individuel
 sans condition de revenus/ ou de situation
sans exigences de contreparties
cumulable avec d’autres revenus
 versé de la naissance à la mort

Quel montant ? Quel financement ?

Le montant dépend de la vision qui accompagne le principe du revenu de base : soit le revenu de base est considéré comme un complément de revenu, soit le revenu de base est considéré comme un montant qui doit se suffire à lui même (et permettre aux bénéficiaires de vivre avec). 

Selon le Mouvement Français pour un Revenu de Base, la somme devrait au moins atteindre 750 € par mois, en fonction des aides actuelles qu’il remplacerait. 

750
Montant recommandé si le revenu de base absorbe les aides au logement (selon le MFRB).
1000
Montant recommandé si le revenu de base doit aussi remplacer les allocations chômage (selon le MRFB).

Quelques pistes de financement sont envisagées :

  • plus taxer l’impôt sur le revenu (comme défendu par Baptiste Mylondo), le patrimoine ou la consommation
  • financer le revenu de base grâce à l’argent auparavant réservé aux autres aides sociales (qui seraient donc supprimées) 
  • mieux taxer les profits 

Quelques exemples à l’étranger 

  • BRÉSIL : le revenu de base est inscrit dans la constitution et actuellement en expérimentation dans le pays.
  • FINLANDE : le pays va l’expérimenter cette année pour simplifier son système d’aides. L’expérience commence partiellement en janvier : la somme de 560€ est versée chaque mois à 2000 finlandais demandeurs d’emploi (la couverture santé et les allocations logement sont maintenues).
  • SUISSE : l’idée d’un revenu de base y a été rejeté par référendum l’année dernière.

Et en France ?

En France, plusieurs sénateurs ont été chargé d’une mission d’information sur le sujet et ont publié un rapport en octobre (la synthèse de ce rapport ici).

Leur constat : les conditions ne sont pas réunies en France pour mettre en place un revenu universel et les avantages de ce dispositif ne sont pas prouvés.

Ils recommandent tout de même de mener une expérimentation à petite échelle, avec 20 à 30 000 personnes, qui recevraient 500 euros par mois, pendant 3 ans.

Les arguments

Pour ou contre le revenu universel ?

ARGUMENTS EN FAVEUR DU REVENU UNIVERSEL

Ces arguments sont notamment défendus par le MFRB. Le revenu de base permettrait de lutter contre les inégalités et  la pauvreté. Ce principe permettrait d’instaurer un nouveau rapport avec le travail et de répartir autrement son temps davantage (plus de moments avec de la  famille ou consacré à une association). Il pourrait aussi favoriser l’entreprenariat, en constituant un filet de sécurité financier. 

De plus, le revenu universel pourrait s’accompagner de la disparition des aides de l’Etat, qui peuvent être considérées comme complexes, stigmatisantes, coûteuses et peu efficaces.

XX

ARGUMENTS CONTRE LE REVENU UNIVERSEL

 Le revenu universel pourrait peser sur les salaires, selon l’économiste Paul Jorion (ses explications ici). Autres inquiétudes suscitées par ce revenu : il pourrait faire baisser le taux d’emploi ou encore remettre en cause la “valeur travail”

XX

   ENCORE PLUS SUR LE SUJET ? Vous pouvez :

Sources : MRFB, Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence.