WhatsApp : le vrai et le faux

In da city

WHATSUP ? Avoue, comme tout le monde, tu ne lis jamais les conditions générales d’utilisation (CGU) des apps que tu télécharges - ou alors, respect, ça prendrait des centaines d’heures. Et pourtant, le we dernier, tu t’es surprise à discuter des CGU de WhatsApp avec ta belle-mère qui demande que le groupe de la mifa déménage sur Signal, car “tout le monde le fait”.

Le sujet : WhatsApp a annoncé un changement futur dans ses CGU, permettant un partage d’infos entre WhatsApp, Facebook et Insta. Concrètement, les comptes WhatsApp Business (des comptes pros spéciaux) seraient hébergés sur le même service qu’Insta et Facebook, ces derniers pourront échanger des données avec WhatsApp, ce qui ferait que tu pourrais potentiellement liker la page Facebook d’une marque, et voir une pub sur insta puis faire ton achat et une réclamation via WhatsApp (plutôt que via mail). Le but assumé, c’est de fluidifier les échanges entre les gens et les entreprises - en les laissant le plus possible dans la galaxie Facebook. Le but moins assumé, c’est de monétiser WhatsApp qui ne fait pas vraiment de blé depuis son achat en 2014 alors que la messagerie commence à dépasser le réseau.

Le vrai : WhatsApp, 1ère messagerie instantanée du monde collecte plus de données que d’autres comme Signal ou Telegram : elle enregistre des données dont elle se sert pour fonctionner : ton numéro, les infos de ton profil (nom, photo), tes contacts, la façon dont tu utilises la plateforme. Elle enregistre aussi des « métadonnées » : la marque de ton tel, ton heure de lecture par ex - ce que ne font pas - ou que temporairement - Signal ou Telegram.

Le faux : Non, WhatsApp ne lit pas tes messages, les conversations sont cryptées par défaut, comme c’est le cas pour Signal (mais pas pour Telegram). Autre fake news, liée : non, Facebook ne partage pas automatiquement tes données avec les autorités judiciaires. En revanche, c’est vrai que l’entreprise (comme Telegram, mais pas Signal) est de plus en plus sollicitée par les États, et décide de coopérer ou non, comme à HK.

Publié dans la Quotidienne du
20/1/21