Virginie Morgon, badass de l'investissement

Money money

Haaave you met, Virginie Morgon ? Le capital-investissement, aka private equity, c'est le fait de prendre des parts du capital d'une entreprise non cotée pour financer son démarrage, son développement ou sa transmission. L'idée est d'en tirer une plus-value. C'est un petit monde ultra compétitif, où les places sont chères, où on gagne très bien sa vie, où on bosse énormément et où le boss, c’est plutôt un homme blanc de 50 ans, souvent anglais ou américain. Sauf que chez Eurazeo, l'un des plus gros fonds français, c'est une patronne, et elle est française : c’est Virginie Morgon.

Quand elle déboule dans la boîte en 2008, après 16 ans en banque d’investissement, elle grimpe les échelons très vite et 10 ans plus tard, elle devient présidente du directoire, cad #1. On la décrit comme une grosse bosseuse, une femme de réseau, et surtout, une vraie pro. Par ex, elle rachète et redresse des pépites comme Carambar et les doudounes Moncler, et prend des participations dans 11 licornes - ces entreprises valorisées plus d'1 milliard $ - françaises sur 26, comme Qonto ou BackMarket.

Elle a sillonné l’Asie, bossé à Londres et à New York, étudié en Italie. Mère de 4 kids, ses cheveux blonds et ses tenues colorées détonnent dans ce monde où règne plutôt le costard-cravate. Même si elle assure n’avoir jamais été victime de sexisme, elle a cofondé le Women’s Forum, qui réunit les plus grandes dirigeantes du monde 1 fois par an.

Publié dans la Quotidienne du
3/3/22