Pimp tes écrits pro pour te faire entendre

Work work work

Ce que l'on conçoit bien, s'énonce clairement*. Et à priori, ce qui s'énonce clairement est bien compris par l'interlocuteur. Problème, une étude menée en 2018 montre qu'au quotidien, un quart d'entre nous se retrouve confronté à des textes qu'ils ne comprennent pas : documents administratifs, fiscaux, médicaux, voire... textes pros aux formules alambiquées et à l'objectif peu clair. Avoue, ça t'es déjà arrivé de relire plusieurs fois un doc en te demandant ce que ça pouvait vouloir dire; d'ailleurs, tu t'es peut-être déjà vue, toi-même, buter sur un mail pro et effacer d'un coup la loooongue phrase que tu venais de taper. Non ? Nous, si, tout le temps.

Mais on bosse dessus, chaque jour on travaille sur notre style et nos mots en gardant en tête notre règle #1 : l'empathie. On te fait croquer.
1/ Avant d'écrire, pose-toi avec une feuille et un crayon et réponds à la question : "Pour qui j'écris ?".
2/ Dessine cette personne, décris ses habitudes, son métier, son âge, son besoin, fous-la à poil en suivant les 5 W : who, where, when, why, how.
3/ Une fois que tu l'as bien en face de toi, pense à elle, écris pour elle et pas pour toi. Bah oui, parce que l'écriture en fait, c'est comme un cadeau, si tu le choisis pour toi, il y a peu de chance que tu tombes juste. Alors que si tu te mets vraiment à la place de la personne en face, ça fait des chocapics.

Si ça t'arrrive souvent de te prendre 8 ans à écrire un mail, d'avoir l'impression que tes mots ne font pas mouche et d'être obligée de répéter 20 fois les choses pour être comprise, ne t'en fais pas, c'est normal. Car si à l'école on a appris à écrire, on a pas toujours appris à raconter des histoires, et cet art, qui s'acquiert, il te permet de prendre confiance en toi quand tu t'exprimes, et surtout, de te faire entendre.

*... et les mots pour le dire arrivent aisément. C'est pas de nous, c'est Boileau.

Publié dans la Quotidienne du
12/7/21