Oniomanie, c'est quoi ?

Money money

Fièvre acheteuse. La semaine prochaine, c’est le début des soldes. Si tu prévois d'en profiter pour faire quelques emplettes, on te recommande d'y aller mollo et de te fixer un budget max à ne pas dépasser afin de ne pas céder aux sirènes de l'achat immettable (haut rose acheté en solde en 2010 et jamais mis, tu es visé). Parfois, ça peut aller très loin, et 5 % d’adultes en France souffrent d’oniomanie. Joli mot qui décrit une maladie moins cool : les troubles de l’achat compulsif. Plus de 85 % des victimes sont des femmes, en général de moins de 30 ans.

Différents signes peuvent être révélateurs de l’oniomanie : certains, comme les pensées obsessionnelles, peuvent te gâcher la vie, quand d’autres peuvent carrément ruiner ta santé mentale ou mettre en péril ton couple et tes finances. Ce test (en VO) peut t'aider à voir si ça te concerne.

Comment ça s’attrape ? Il y aurait 3 causes possibles : 1/ neurobiologiques, une perturbation dans le circuit des hormones du bonheur que sont la sérotonine ou la dopamine, par ex ; 2/ psychologiques, tu te venges avec l’argent d’une situation d’abus ou d’humiliation vécue dans le passé, ou tu assouvis un fantasme de puissance ; 3/ culturelles, tu es sous la pression des publicités et des tentations (coucou les pubs en pop-up qui jonchent le web).

Et comment on en guérit ? Le mieux, c’est de travailler sur ses comportements en sortant sans carte de crédit par ex, et sur ses croyances : "Si j'achète ce sac à main, serai-je vraiment mieux considérée socialement ?". Enfin, on peut aussi travailler aussi les émotions, pour reconnaître les crises de "manque", mettre en place des activités alternatives, comme faire du sport ou téléphoner à 1 pote au lieu d’aller faire du shopping... Ce livre, inspiré des méthodes de pleine conscience, peut t’aider. Sinon, on aime aussi bien cette idée. Enfin, rien ne remplaçera les conseils d'un médecin, tu peux aller voir ton ou ta généraliste pour te faire orienter.

Publié dans la Quotidienne du
16/6/22