Les outils pour devenir nomade numérique

Work work work

Business or pleasure ? Les deux. Avec l’explosion du télétravail depuis mars 2020, on est de plus en plus à être éligibles à ce qui était jusque là l’apanage des travailleurs de quelques startups tech américaines qui pouvaient bosser d’où ils voulaient : le nomadisme digital, aussi appelé Bleisure (business + leisure = loisir) ou Holiworking (Holidays + working - il paraît que « travacances » n’a pas été retenu). La multitude de photos #digitalnomad sur Insta envoie du rêve avec des paysages fous en Thaïlande, Amérique latine ou Portugal, mais en plus de ça, les chiffres sont éloquents : les nomades numériques seraient 10,9 millions en 2020, soit 50% de plus qu’en 2019. Pour attirer ces nouveaux touristes longue durée, les Etats tentent des trucs : pendant la pandémie, la Croatie a laissé ses frontières ouvertes et lancé un permis de séjour pensé pour les digitals nomads et leurs familles, l’île portugaise de Madère a, elle, lancé un village qui leur est destiné.

Tu voudrais tenter l’aventure ? Ambiance nomade du bout du monde ou des pays voisins, le site nomadlist recense les meilleurs spots où bosser et kiffer en même temps, comparant coût de la vie, sécurité, fonctionnement d’Internet, températures etc. Dans le lot on a Bali, Santa Cruz, mais aussi la Slovénie ou la Lettonie par exemple. Le site est aussi une fat communauté de plus de 20 000 personnes travaillant partout dans le monde, se partageant bons plans, offres de taf etc. Tu peux aussi choisir ta destination, et surtout, ton espace de coworking avec ce guide dispo en précommande qui passe en revue 250 espaces dans le monde.

Mais bonne nouvelle, on est pas obligé de prendre l’avion pour télétravailler au grand air. Les cops de Chilowé ont listé des spots géniaux, à 1h de Paris, de Lyon, en Haute Savoie, en Sologne ou en Haute Garonne. Mais oui mais oui, l’école est finie !

Psst. On nous glisse à l’oreillette que ce monde du travacances (nan, toujours pas?), s’il est génial pour les télétravailleurs, l’est parfois moins pour l'environnement et les écosystèmes locaux. Par ici pour creuser.

Publié dans la Quotidienne du
19/7/21