Les bases de la communication non-violente au quotidien

In da city

Maestria de la résolution d'engueulades au quotidien. On avoue, ça nous arrive d'avoir envie de jeter des trucs par terre ou de claquer des portes très fort. Bonne nouvelle, il y a des méthodes pour sortir de l'impasse, comme la communication non-violente (CNV).

- Commence par décrire les faits, sans jugement ni émotions. "Paul est un fainéant" vs "Paul révise ses examens la veille au soir".
- Partage tes émotions, fais comprendre ce que tu vis. Pas de "tu ne m'écoutes jamais !", plutôt "Je me sens délaissée quand tu as l'esprit ailleurs alors que je te parle".
- Exprime tes besoins, au fond de toi, pourquoi est-ce que tu t'énerves sur ce sujet ? Ajoute "Parce que je" après ton émotion : "Lorsque je trouve l'évier plein de vaisselle sale, je me sens agacée parce que j'ai besoin d'ordre et de propreté autour de moi".
- Formule une demande concrète et positive : donc exit le "'j'aimerais que tu arrêtes d'être de mauvaise humeur le matin" vs "j'aimerais que tu me dises tous les matins comment tu te sens par rapport à la journée qui s'annonce". Bon, bien sûr, tu peux récolter un "non", mais t'auras essayé.

A utiliser au bureau, à la maison ou sur les pistes cyclables - ciao les "regarde où tu vas C*", coucou les "vous avez traversé sans regardé, je me suis sentie en danger parce que j'aime bien rouler tout droit en rêvassant, j'aimerais que vous fassiez une danse très visible si vous devez vraiment traverser". C'est plus long, mais c'est plus marrant.

Psst. Par ici si tu veux faire sortir des fleurs de ta bouche.

Publié dans la Quotidienne du
16/9/20