Le tourisme de masse, c'est grave ?

Planète

Vous aviez réservé ? 400. C’est le nombre max de visiteurs/jour qui seront autorisés à chiller dans les plus célèbres criques de Marseille cet été 2022. Si tu veux te dorer la pilule dans la calanque de Sugiton ou des Pierres tombées, il faudra donc réserver ta place en ligne. Une première en France ! En cause, la trop forte affluence des touristes qui dégradent cet espace protégé en érodant les sols et en déchaussant les pins. Certains jours de haute saison, c’est pas loin de 2 500 touristes qui peuvent se rendre à Sugiton, calanque emblématique de le cité phocéenne.

Corse, Mont Blanc, côte Amalfitaine en Italie… De + en + de destinations décident de prendre des mesures de quotas pour limiter l’impact du tourisme de masse sur leur environnement. Il faut dire que 95 % des touristes se concentrent sur 5 % des espaces dans le monde en privilégiant les sites naturels et en s’y rendant tous à la même période.

Certains spots très prisés prennent des décisions encore plus drastiques. Tu te souviens de Maya Bay ? Mais si, tu sais, la plage du film La Plage featuring Leo DiCaprio. Cette bande de sable thaïlandaise pouvait accueillir jusqu’à 5 000 visiteurs/jour, mettant sérieusement en danger la biodiversité locale. Pour y remédier, les autorités l’ont complètement fermée au public pendant + de 3 ans, histoire que la nature se régénère un peu. Idem pour le canyon de Fjaðrárgljúfur en Islande, pris d’assaut par les touristes après que Justin Bieber a tourné un clip là-bas. 4 mois de fermeture.

Pour creuser le sujet, on te conseille le docu The Last Tourist, à la fois un poil flippant sur les effets dévastateurs du tourisme de masse ET qui donne des pistes pour voyager autrement.

Publié dans la Quotidienne du
28/6/22