Le label bio, c'est qui, c'est quoi ?

Planète

Parlons peu, parlons bio, Ep.1 : le label. « Et vos carottes, elles sont bios ? ». Avec 2,3M d’hectares, le bio occupe 8,5% des surfaces agricoles françaises. Et techniquement, ton vendeur de légumes n’a pas le droit d’écrire « carottes bios » si elles n’ont pas obtenu le label bio. Mais si tu sais, le fameux logo AB majuscules en blanc sur fond vert avec une sorte de papillon ou petite feuille -on ne sait pas- en haut du B. Il existe plusieurs labels, mais on va se concentrer sur celui-là car c’est l’équivalent de la certif Bio Europe, soit la norme retenue au niveau européen.

Ce label, donc, garantit que l’agriculteur a suivi la méthode de l’agriculture biologique pour produire, cad sans utiliser pesticides pour tuer les parasites ni engrais chimiques de synthèse. Traduction : les producteurs utilisent essentiellement des pesticides et engrais d’origine naturelle. Pour obtenir le label AB, ils doivent suivre une période de conversion d’env 3 ans (pour nettoyer les sols et se conformer aux exigences du label) pendant lesquels ils ne peuvent pas encore vendre sous le logo AB.

De ton côté, si tu achètes un produit avec ce label, tu as la garantie qu’il respecte un ensemble de critères définis dans un cahier des charges, et que son producteur est contrôlé au moins 1 fois/an par un organisme de certification indépendant et reconnu par l’Etat. Ça veut dire que si un producteur indique que ses produits sont labellisés AB alors qu’il n’a pas obtenu le label, il risque des poursuites avec des amendes lourdes à la clé. Comme ces boulangers, condamnés à 4800€ d’amende pour avoir vendu du "pain à la farine bio" sans avoir le label. A…ouch !

Psst. "Parlons peu parlons bio", c'est notre mini-série qui fait la détox d'infos sur le bio.

Publié dans la Quotidienne du
10/11/20