Le Biomimé-quoi ? Ce mot qu'on a pas appris à l'école

Planète

Copier la nature. C’est ce que s’évertue à faire le biomimétisme : mettre au point des systèmes productifs et technologiques performants en s’inspirant du vivant.

Comme, par exemple, le GPS qui s’inspire de l’algorithme des fourmis représentant leur comportement de recherche d’itinéraire entre la colonie et une source de nourriture ou encore, de façon plus basique et vintage, le 1er avion à avoir décollé du sol et qui avait la forme d’une chauve-souris. C’est en somme stimuler l’innovation à partir du dicton préféré de notre tante Monique : « Ah la nature fait bien les choses quand même ! ».

L’être humain crée et invente en observant la nature depuis belle lurette. Mais ce qui devient intéressant, c’est que depuis quelques années, le biomimétisme, renommé par certains « bioinspiration », est de plus en plus utilisé pour servir la transition écologique et permettre d'atteindre une économie décarbonée. "La décarbonation" c'est lorsqu'on réduit progressivement la place des énergies primaires comme le charbon, le pétrole et le gaz, dont la consommation émet des gaz à effet de serre qui réchauffent la planète. Et pour atteindre cet objectif, le biomimétisme peut-être utile, en imitant le vivant, mais aussi carrément en l'utilisant. Par exemple, à Rambouillet, la ville expérimente pour réduire sa consommation d'électricité grâce à un éclairage bioluminescent. Concrètement, plusieurs places de la ville vont être investies par des lucioles, vers luisants et autres micro-organismes pour y voir clair la nuit. C'est fait par Glowee, la startup de notre cops Sandra Rey, qui est venue raconter son aventure au Club il y a quelques semaines. Viens voir comme c'est beau.

Psst. Si t'as une Grande Frite, tu peux retrouver le replay de notre conf en ligne avec Sandra Rey dans ton espace perso.

Publié dans la Quotidienne du
4/5/21