Le bifteck végé, c'est bien ou pas pour la planète et moi ?

Planète

Y a pas d'arêtes dans le bifteck végé. On le sait, l’élevage du bétail est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre. C’est plus que l’aviation ou que le transport maritime. Et on sait aussi que manger trop de viande rouge n'est pas bon pour la santé. C'est pour ça que des alternatives végétales se sont multipliées, comme les steaks végétaux, à base de légumineuses riches en protéines et conçus pour avoir le goût voire l'aspect de la viande. On check le bifteck pour toi.

Ça réduit ton empreinte carbone. Parce que la production de steaks végétaux nécessite moins d’eau et d’énergie qu’un steak de viande, leur impact environnemental s’en trouve réduit. S’il y a encore peu d’études à grande échelle, l’université du Michigan a évalué l’impact d’un steak végé et c'est sans appel : 90% de gaz à effet de serre économisés sur l’ensemble de son cycle de vie.

Le hic, c’est que ces alternatives qu’on trouve dans le commerce sont le plus souvent industrielles. Maltodextrine, dextrose, sirop de glucose… spotte bien la composition de ton steak végé préféré, car à l'inverse des galettes végétales qui ne cherchent pas à ressembler à de la viande, il est très souvent ultra-transformé. C’est-à-dire qu’il contient des substances de synthèse comme des additifs ou des sucres hydrolysés. Or, cette ultra-transformation n'est pas ouf pour la santé non plus !

On ne sait plus à quel steak se vouer, nous dis-tu. Le secret d’une alimentation saine et responsable, ce serait la règle des 3 V : végétale, vraie et variée. Et pour ça, le mieux, bah c'est le fait maison. On est sympas, on te fait croquer LA recette Voxe Fam' approved du burger végé, bien réconfortant comme il faut !

Publié dans la Quotidienne du
21/9/21