La question à 1000€ : faut-il passer à la voiture hybride ?

Planète

En voiture hybride Simone ! Oui, hybride, parce qu'il y en a de plus en plus. Elles représentent 11% des ventes en 2020 (vs 3% en 2019). À raison ? Gare-toi sur le bas-côté, contrôle des papiers et de l’impact environnemental de ton nouveau bolide.

Une voiture hybride dispose d’une motorisation thermique - le plus souvent un moteur essence - et d’une motorisation électrique qui peut être rechargeable. Objectif ? Te permettre de rouler en tout électrique lors des trajets courts et de repasser à l’essence pour les longs voyages. D’un côté, tu n’as pas l’angoisse de la panne de batterie lorsque tu files en Bretagne chez tante Jojo, et de l’autre, tu peux te rendre au boulot en mode “zéro émission”. Le meilleur des 2 mondes ? Pas si vite, Simone.

Selon une étude publiée par l’ONG Transport et Environnement fin 2020, les hybrides rejetteraient au moins 28% de CO2 de plus que ce que promettent leurs constructeurs (ouh les coquinous !). Pire, lorsque la voiture passe en motorisation essence, elle est obligée de carburer d’autant plus qu’elle est alourdie par la batterie. Et madame pèse son poids : 250kg quand même. En d’autres termes, la voiture surconsomme par rapport à un modèle essence classique. Inattendu, on sait.

Mais alors, c’est pas bien ? Ça dépend de toi, Simone ! Et de tes usages. ¾ de la population française utilise la voiture tous les jours pour se rendre au travail. Si ces trajets, plutôt courts en moyenne (25km A/R), peuvent être assurés par l’électrique, alors pourquoi pas. En revanche, si tes trajets quotidiens peuvent être couverts par les transports en commun ou de la mobilité douce, enfourche plutôt ta trottinette de Fantômette des temps modernes.

Publié dans la Quotidienne du
14/9/21