Indé-révolution

Work work work

Indé-révolution. Alors que jusqu'en 2000, c'était plutôt le salariat qui était en vogue, la tendance change. Autour de nous ainsi que dans toute l'Europe, c'est de plus en plus le statut d'indé qui a la frite. Parmi eux, les freelances du digital, ces personnes qui se mettent à leur compte pour faire du conseil ou des projets numériques. En France, ils seraient un peu + d’1 million en 2020, c’est +92 % depuis 2009. La tendance se confirme et semble partie pour durer. On te raconte.

En France, il y a presque autant de free femmes (45 %) que de free hommes, la plupart ont entre 25 et 40 ans et sont hautement qualifiés. Côté bonheur : 84 % sont satisfaits d’être freelance, 70% se sentent valorisés dans leur job et 84 % ne veulent pas redevenir salariés. Qui dit mieux ?

D'après cette étude de Malt x le cab de conseil du BCG, les indépendants le sont par choix, pour être plus autonomes et organiser leur travail à leur guise. Si tu veux gagner en street cred ou des points au Scrabble, c’est ce que les sociologues appellent "l'agentivité", la capacité d'agir sur sa vie, par opposition à suivre ce qui est imposé par une entreprise.

En France, 1 freelance travaille en moyenne 43h par semaine, dont 4h30 pour se former. Pour plus d'1 free sur 2, la négociation est LE défi majeur.

Tu es ou voudrais devenir indé et ça te parle ? Toi aussi, tu flippes de devoir négocier, trouver des clients, mais en même temps tu as hâte de vivre ta vie, la vraie... et tu ne sais pas par où commencer ? On t’a créé un programme qui répondra à tes questions existentielles et pratiques.

Publié dans la Quotidienne du
1/3/22