Hallo Angelica Kauffman, la peintre autrichienne du 18ème siècle ultra badass

Culture

Tu connais Angelica Kauffmann ? Dans la liste des artistes féminines qui ont disparu des radars de l’Histoire, on voulait aujourd’hui te présenter Angelica Kauffmann. Hallo ! Elle est née en 1741, d’origine autrichienne, elle est très vite devenue une peintre néoclassique renommée. 800 toiles lui sont attribuées ! Sa spécialité : le portrait. Elle a même commencé, classique pour s’entraîner, par se représenter elle-même à l’âge de 12 ans ! Oui, y'a du talent.

Camille Jouneaux, l'érudite cool qui se cache derrière La Minute Culture, tout en haut sur le podium de nos Instas préférés, lui a consacré une longue story pour raconter sa riche vie. Bref, elle a lu pour nous plusieurs biographies et nous apprend comment son père, peintre aussi, s’est chargé de son éducation, et de son coup de pinceaux, alors qu’elle l’assiste sur des chantiers, essentiellement des églises, partout en Europe. Puis elle part en Italie qui est « the place to be » - la patrie de Raphaël, Michel-Ange et toute leur team –, avant de s’installer à Londres dans un atelier qui voit passer les ladies et gentlemen les plus chics du quartier pour se faire tirer le portrait.

Angelica Kauffmann se fait un nom et une solide réputation. Elle se lance dans la peinture mythologique, mettant en scène Circé, Ariane ou Pénélope. Des femmes abandonnées comme elle le sera par le Comte de Horn sitôt mariés. Mais elle retrouvera l’amour. Avec le peintre Antonio Zucchi. Ouf. Et se fera aussi une place aux côtés de nombreux messieurs à la Royal Academy of Arts qui ne compte à son époque que deux femmes. L’autre c’est Mary Moser. C’est qui celle-là ? Promis, on te raconte une prochaine fois !

Publié dans la Quotidienne du
4/6/21