Gérer sa relation avec son ou sa mentor

Work work work

Pretty little mentor. On avait parlé de l'intérêt de chercher mentor à son pied pour bien démarrer ta rentrée pro. Ok, et maintenant, on se jette à l'eau :

Dis bonjour. Contacte la personne pour lui proposer un échange sur son parcours (sur lequel tu te seras déjà rencardée). Si le courant passe bien, tu peux lui demander si elle serait ok de renouveler l'expérience régulièrement. Tu n'es pas obligée de formuler la phrase fatidique "Veux-tu être mon/ma mentor", et parfois, cela se fait super naturellement sans jamais poser le mot. En tous cas, pour que la relation vous soit profitable, c'est bien de définir ensemble un but et une régularité pour échanger, une fois par mois par ex.

Prépare-toi : Tu te poses un milliard de questions avant d'aller retrouver ton ou ta mentor pour déjeuner ? Pose-les sur un papier, synthétise et priorise un point sur lequel tu voudrais qu'elle te guide. La rencontre est plus fructueuse si elle est bien préparée.

Keep in touch : Pour que la relation soit durable et intéressante, il faut qu'elle apporte aux 2 personnes. Dans le cas de la mentorée, c'est assez clair, tu vas choper des infos, des contacts, une oreille attentive... dans le cas de celle qui mentore, qui, rappelons-le, est bénévole, le bénef #1 est de se sentir utile. Donc, pour qu'elle voit qu'elle ne perd pas son temps en te le donnant, communique sur ce que tu as fait, si tu as suivi son conseil ou non et pourquoi; tiens-la au courant des résultats de cet entretien qu'elle t'aidée à préparer etc.

Pssst. On a reçu une question de Houda G. à propos du choix de mentor dans son entourage pro : notre reco pour ne pas brouiller les lignes c'est d'éviter de prendre son ou sa boss, et d'aller chercher au-delà du cercle de son équipe très proche.

Publié dans la Quotidienne du
6/9/21