Eviter de se faire voler son vélo, mode d'emploi

In da city

Ciarge de torvisse. Si tu t’es fait dérober ton amour de vélo, mais qu’il n’y a pas moyen qu’on te fasse descendre de selle, on a 4 tips - hors jurons québécois - pour 1/ t’éviter de te le faire voler à nouveau et 2/ être parée pour la prochaine fois où les dieux des deux roues seront contre toi.

Aide-toi, l’antivol t’aidera. Eh oui, car 95% d’entre nous utilisent des antivols de mauvaise qualité. Pour éviter que Bibi ne disparaisse, on peut commencer par choisir un cadenas validé par la fédération du vélo. Ensuite, toujours attacher son cadre VS ses roues, plus facilement démontables. Enfin, essayer de se garer sous des caméras de vidéosurveillance pour avoir des traces du vol et démotiver les dérobeurs pros.

Un tatou et c’est tout. Pour retrouver ton précieux post-vol, la même fédération a créé un code qui permet qu'on te le restitue s’il est retrouvé. Oui, car sur les 400 000 vélos volés chaque année, 150 000 sont retrouvés abandonnés, faute de pouvoir identifier leurs proprios. Solution : tatouer son vélo avec Bicycode. Une fois ton chéri-bibi marqué, il faudra enregistrer le code sur le site officiel et en cas de vol, le déclarer. Pour info, c’est même devenu obligatoire depuis 2021.

Maison + vélo, même combat. Pour te faire rembourser, regarde du côté de ton assurance habitation. Parfois, pour quelques € de plus par mois, tu peux assurer ton vélo et être prise en charge en cas de vol. Achtung, il faudra présenter la facture dudit vélo, mais aussi celle de ton antivol, donc garde-les bien au chaud.

Une pré-plainte, j’en ai crainte. Yep, c'est ce qu'il faudra si ton vélo disparaît. Tu peux remplir une pré-plainte en ligne pour t’éviter l’attente au commissariat avant d’appeler ton assurance.

Publié dans la Quotidienne du
15/9/21