Journée des droits de la femme 2021, 6 bonnes nouvelles

Work work work

On va l'attendre toute la journée : on a encore du boulot pour atteindre l'égalité entre hommes et femmes, notamment dans la vie pro. Mais nous, pour cette journée internationale des droits des femmes, on a plutôt envie de voir la vie côté biscotte et de célébrer les femmes qui, doucement mais sûrement, mettent un pied dans la porte, et l’y laissent. On a dégoté 6 bonnes nouvelles.

1. Les quotas, ça marche : 10 ans après la Loi Copé-Zimmermann qui instaure des quotas de femmes dans les Conseils d’Administration (CA), le quota de femmes dans les CA du CAC40 est passé de 20 à 45%, plaçant la France en 1ère position au sein de l’UE. Prochain objectif : atteindre la même chose du côté des Comités exécutifs (les vraies instances de direction) où les femmes représentent 20%, et le gouvernement devrait présenter un projet de loi la semaine prochaine.

2. C’est prouvé : à partir de 30% de femmes dans les instances de directions, les performances des boîtes décollent : des entreprises plus rentables, avec un meilleur impact sociétal et perçues comme moins risquées sur les marchés financiers.

3. Il y a des meufs qui s’y collent : En 2016, c’est la 1ère fois qu’une femme prend la direction du Conseil d’Administration d’une entreprise du CAC40 - les 40 plus grosses entreprises cotées en Bourse -  avec l’arrivée de Sophie Bellon à la tête de Sodexo , 1er employeur privé français. 5 ans plus tard, elles sont aujourd’hui plus de 10 aux commandes des 120 plus grosses boîtes françaises. Par exemple, Catherine MacGregor a remplacé Isabelle Kocher en tant que DG d’ENGIE, c’est la seule femme Directrice Générale du CAC40 mais elles sont (un peu) plus nombreuses quand on regarde les 80 autres entreprises en bourse : par ex Christel Bories est PDG d'Eramet, Marie Cheval, PDG de Carmila et Stéphane Pallez, à la Française des Jeux. C’est encore peu, mais la mécanique est enclenchée.

4. Les mentalités changent et ça se voit côté politique : depuis les élections municipales de 2020, 12 femmes sont à la tête des 21 plus grosses villes de France.

5. Les pères peuvent aussi donner un coup de main : le congé paternité double et passe à 28 jours à partir de juillet 2021.

6. Certaines disent F*, quittent les grosses structures et n’ont pas peur de lancer leur activité pour créer une nouvelle façon de bosser : les femmes n’ont jamais été aussi nombreuses à prendre la liberté de créer leur propre entreprise, elles constituent 40% des micro-entrepreneurs.

Publié dans la Quotidienne du
8/3/21