Barbecu-er sans (trop) polluer

Planète

L'odeur de l'été. Celle des pieds dans l’herbe, un verre à la main, dans le jardin avec les copains, à papoter autour du barbecue. Nous, on a tellement hâte de la retrouver que ça fait des mois qu’on s’échange des recettes de grillades. Sauf qu’on pense aussi un peu à tous les trucs relous du barbecue : la fumée, les jets de gras qui brûlent, ou cette petite odeur de brûlé qui te fait penser que c’est peut-être pas ouf pour la planète ou pour ta santé.

Alors nope, en effet c’est pas terrible, mais tu nous connais, on a trouvé quelques astuces qui limitent les dégâts :
- Côté food. Si tu es carnivore et souhaites limiter l’empreinte écologique de ton banquet, va voir le boucher du coin ou un éleveur local. Tu peux aussi privilégier les morceaux moins gras, les viandes moins grasses comme la dinde ou le poulet, parce que les fumées de gras qui brûle sont particulièrement cancérigènes. Pour les légumes, tu connais, choisis du label bio et/ou local.
- Côté matos. L’idéal, c’est un bbq bien nettoyé qui roule au gaz, à faire dehors of course. Ça évite de trop respirer les fumées toxiques, surtout le monoxyde de carbone dangereux pour ta santé et de dégager des particules fines. Si tu as déjà un bbq au charbon de bois, vérifie que le charbon est certifié FSC (Forest Stewardship Council) ou PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières) et en gros morceaux pour que ça brûle doucement. Sinon y’a l’option maxi-écolo de remplacer le charbon par des ceps de vigne (ça donne aussi le meilleur goût du monde) ou par des briquettes fabriquées avec des coques de noisettes et noyaux d'olives.

En bonus. Il paraît que l’alcool qui pollue le moins, c’est le vin. Maintenant, tu sais. Cheers !

Publié dans la Quotidienne du
13/7/21