Réédition de Scum Manifesto, de Valérie Solanas

Culture

"Les femmes, qu'elles le veuillent ou non, prendront le monde en main". Nous sommes en 1967. Et cette phrase c’est l'américaine Valérie Solanas qui la prononce. Elle est chercheuse, dramaturge, féministe, prostituée, militante, révolutionnaire, avant-gardiste, extrême et radicale. Tout ça à la fois, et bien plus encore. "Lisez mon manifeste, il vous dira qui je suis" comme elle le disait lors de son procès pour un acte – heureusement manqué ! – resté célèbre qui a fait passer son nom à la postérité : le jour où elle a tiré trois coups de feu sur Andy Warhol qu’elle voulait tuer.

Et son manifeste explique effectivement qui elle était. Dans Scum Manifesto écrit en 1967 et distribué dans les rues de New York, qui vient juste d’être réédité – avec une postface signée par Lauren Bastide à qui l’on doit le podcast féministe La Poudre -, Valérie Solanas explique que « rien dans cette société ne concerne les femmes. Alors, à toutes celles qui ont un brin de civisme, le sens des responsabilités et celui de la rigolade, il ne reste qu’à renverser le gouvernement, en finir avec l’argent et supprimer le sexe masculin. » Voilà… Le décor est planté, et les hommes aussi !


C’est osé, les propos sont radicaux et provocants. Alors pour bien comprendre sa théorie et ses idées et te faire ton propre avis, on t’a sélectionné, outre le Manifeste, un épisode du podcast Quoi de Meuf qui lui est consacré, et même une BD : Scum, la tragédie Solanas.

Publié dans la Quotidienne du
26/3/21