TAX HEAVEN

Tax the rich

Société
Par
L'équipe Voxe
Le
10/12/21

🗞 TAX HEAVEN

Ce qu'il se passe.
Les inégalités dans le monde persistent.

Rembobine Pascaline, tu sors ça d'où ?
Du dernier rapport du World Inequality Lab. C’est le document le plus complet paru à ce jour sur les inégalités dans le monde depuis 1820. Rédigé par une centaine d’économistes, il couvre plus de 100 pays. C’est une photo historique des inégalités, qu’elles soient de richesse, de genre ou écologiques. L’idée, c’est de comprendre comment se répartissent les richesses : qui en profite et qui en est exclu.

Ambitieux, et donc ?
On retient 4 points-clés : 1/ les plus riches continuent de capter plus de revenus et d’accumuler plus de patrimoine que les plus pauvres, 2/ les États sont pauvres, 3/ les inégalités de genre persistent, 4/ les plus riches polluent le plus.

Je te suis.
Côté inégalités, globalement, elles sont proches de celles du 19e siècle. Les 10 % les plus riches de la planète captent 52 % du revenu mondial quand la moitié la plus pauvre n’en gagne que 8 %. Pour te donner une idée : les 10 % des plus hauts revenus gagnent en moyenne 87 200 € par an quand les 50 % des revenus les plus bas encaissent 2 800 €. Dans le monde, l’Europe est la zone la plus égalitaire, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, les plus inégalitaires.

Et l'épidémie n'a pas amélioré la situation.
Non, elle a accéléré les choses : "en 2020, les milliardaires ont engrangé un gain de patrimoine de 3 190 milliards €, l’équivalent des dépenses annuelles de santé de l’ensemble des États du monde". La mécanique est assez simple : l’argent des plans de relance = grimpette des cours de Bourse = enrichissement des patrimoines financiers.

Et tu disais, les États sont pauvres ?
Dans les pays riches, la part de patrimoine détenue par l’État (= bâtiments + terrains + parts d’entreprises - ses dettes) en % du revenu national est proche de zéro, voire négative. Meaning, le patrimoine appartient de plus en plus au privé. Et ça ne s’est pas arrangé avec l’épidémie quand les États ont dû emprunter 10 à 20 % de leur PIB, auprès du même secteur privé, pour soutenir leurs économies.

J'imagine. Tu mentionnais le genre ?
Dans un monde égalitaire, les femmes devraient toucher 50 % des revenus du travail vu qu’elles représentent à peu près 50 % de l’humanité. Or, la part des revenus du travail (= salaire + traitements) perçue par les femmes était de 30,6 % dans les 90’s et n'est montée qu'à 34,7 % en 2020. En Europe, notamment grâce à des lois, c'est un peu moins pire : on est passé de 31,4 % à 38 % en 30 ans.

Et ton dernier point ?
Les pays riches sont les plus gros pollueurs. Et au sein des pays, les riches sont aussi les plus gros émetteurs. Avec une médaille pour les 10 % les plus riches des US, qui sont ceux qui émettent le plus de carbone au monde : 73 tonnes de CO2 / tête/ an, contre 6,6 tonnes en moyenne pour un humain sur cette planète.

Comment ça s'explique, ces inégalités ?
Les économistes pointent les dérégulations et autres politiques de libéralisation des 80’s, mais ils soulignent que ces inégalités ne sont pas une fatalité - elles ne dépendent pas d’une géographie ou d’un niveau de développement - car elles sont le résultat de choix politiques. Ils prônent une solution pour niveler ces inégalités : tax the rich.

Mais ça existe un impôt mondial ?
C’est en cours sur les entreprises multinationales. Le 8 octobre, 136 pays se sont tapés dans la main pour taxer à 15 % les bénéfices des entreprises dans les pays dans lesquels elles bossent. Date de mise en application prévue : début 2023.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

🗞 TAX HEAVEN

Ce qu'il se passe.
Les inégalités dans le monde persistent.

Rembobine Pascaline, tu sors ça d'où ?
Du dernier rapport du World Inequality Lab. C’est le document le plus complet paru à ce jour sur les inégalités dans le monde depuis 1820. Rédigé par une centaine d’économistes, il couvre plus de 100 pays. C’est une photo historique des inégalités, qu’elles soient de richesse, de genre ou écologiques. L’idée, c’est de comprendre comment se répartissent les richesses : qui en profite et qui en est exclu.

Ambitieux, et donc ?
On retient 4 points-clés : 1/ les plus riches continuent de capter plus de revenus et d’accumuler plus de patrimoine que les plus pauvres, 2/ les États sont pauvres, 3/ les inégalités de genre persistent, 4/ les plus riches polluent le plus.

Je te suis.
Côté inégalités, globalement, elles sont proches de celles du 19e siècle. Les 10 % les plus riches de la planète captent 52 % du revenu mondial quand la moitié la plus pauvre n’en gagne que 8 %. Pour te donner une idée : les 10 % des plus hauts revenus gagnent en moyenne 87 200 € par an quand les 50 % des revenus les plus bas encaissent 2 800 €. Dans le monde, l’Europe est la zone la plus égalitaire, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, les plus inégalitaires.

Et l'épidémie n'a pas amélioré la situation.
Non, elle a accéléré les choses : "en 2020, les milliardaires ont engrangé un gain de patrimoine de 3 190 milliards €, l’équivalent des dépenses annuelles de santé de l’ensemble des États du monde". La mécanique est assez simple : l’argent des plans de relance = grimpette des cours de Bourse = enrichissement des patrimoines financiers.

Et tu disais, les États sont pauvres ?
Dans les pays riches, la part de patrimoine détenue par l’État (= bâtiments + terrains + parts d’entreprises - ses dettes) en % du revenu national est proche de zéro, voire négative. Meaning, le patrimoine appartient de plus en plus au privé. Et ça ne s’est pas arrangé avec l’épidémie quand les États ont dû emprunter 10 à 20 % de leur PIB, auprès du même secteur privé, pour soutenir leurs économies.

J'imagine. Tu mentionnais le genre ?
Dans un monde égalitaire, les femmes devraient toucher 50 % des revenus du travail vu qu’elles représentent à peu près 50 % de l’humanité. Or, la part des revenus du travail (= salaire + traitements) perçue par les femmes était de 30,6 % dans les 90’s et n'est montée qu'à 34,7 % en 2020. En Europe, notamment grâce à des lois, c'est un peu moins pire : on est passé de 31,4 % à 38 % en 30 ans.

Et ton dernier point ?
Les pays riches sont les plus gros pollueurs. Et au sein des pays, les riches sont aussi les plus gros émetteurs. Avec une médaille pour les 10 % les plus riches des US, qui sont ceux qui émettent le plus de carbone au monde : 73 tonnes de CO2 / tête/ an, contre 6,6 tonnes en moyenne pour un humain sur cette planète.

Comment ça s'explique, ces inégalités ?
Les économistes pointent les dérégulations et autres politiques de libéralisation des 80’s, mais ils soulignent que ces inégalités ne sont pas une fatalité - elles ne dépendent pas d’une géographie ou d’un niveau de développement - car elles sont le résultat de choix politiques. Ils prônent une solution pour niveler ces inégalités : tax the rich.

Mais ça existe un impôt mondial ?
C’est en cours sur les entreprises multinationales. Le 8 octobre, 136 pays se sont tapés dans la main pour taxer à 15 % les bénéfices des entreprises dans les pays dans lesquels elles bossent. Date de mise en application prévue : début 2023.