TAKE ON ME

Energie
Par
L'équipe Voxe
Le
11/7/22

Ce qu'il se passe.
Le gouv veut reprendre le contrôle d’EDF.

Rembobine Philippine, ça me dit un truc.
Mercredi, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé que l’État voulait renationaliser EDF. Concrètement, il détiendrait 100 % de l’entreprise vs 84 % aujourd’hui. En 2005, une partie d’EDF avait été privatisée. L'État français avait vendu des parts de l’entreprise à des actionnaires privés quand l’Europe ouvrait le marché de l’énergie à la concurrence.

C'est quoi le tableau aujourd'hui ?
C’est un poil la crisis énergétique. Depuis quelques mois, les prix de l’énergie ont explosé, d’abord avec la reprise économique post-confifi, puis avec la guerre en Ukraine. Pour contenir la hausse des factures d’électricité, le gouv a, depuis mi-janvier, forcé EDF à vendre son électricité moins cher. Résultat, selon lui, la hausse a été limitée à 4 % quand elle aurait pu être de 44 %.

Et côté prod ?
La moitié des 56 centrales nucléaires françaises sont arrêtées à cause de fissures ou pour maintenance. Pour compenser cette baisse de production, EDF achète de l’électricité à prix fort sur le marché européen.

Pas top pour les finances.
Oui ! Ces 2 éléments pourraient faire perdre jusqu’à 28 milliards € en 2022 à EDF. Sans compter les 44 milliards € de dettes du groupe, un héritage ancien, en partie décrypté ici.

C'est pour ça que l'État veut racheter ses parts d'EDF ?
Yes. D’abord pour renflouer ses caisses, rassurer les investisseurs, et ainsi permettre à l’entreprise de financer des projets comme de futurs réacteurs nucléaires ou le développement des énergies renouvelables. Ça permet aussi au gouv d’avoir les mains libres sur la politique énergétique de la France, sans dépendre d’actionnaires privés.

Qui en pense quoi ?
Pour Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, et pour certains syndicats, l’État va en profiter pour démanteler EDF. Comprendre : garder ses activités nucléaires dans son giron car elles requièrent des investissements longs, et céder les énergies renouvelables à des investisseurs privés car elles sont + rentables à court terme.

Et le gouv ?
Pour lui, la renationalisation est la seule façon d’assurer l’indépendance énergétique de la France. Maintenant, tout l’enjeu est de savoir comment il va vouloir traduire cette indépendance : plus de nucléaire ou plus d’énergies renouvelables, un mix des deux, une autre voie.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Le gouv veut reprendre le contrôle d’EDF.

Rembobine Philippine, ça me dit un truc.
Mercredi, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé que l’État voulait renationaliser EDF. Concrètement, il détiendrait 100 % de l’entreprise vs 84 % aujourd’hui. En 2005, une partie d’EDF avait été privatisée. L'État français avait vendu des parts de l’entreprise à des actionnaires privés quand l’Europe ouvrait le marché de l’énergie à la concurrence.

C'est quoi le tableau aujourd'hui ?
C’est un poil la crisis énergétique. Depuis quelques mois, les prix de l’énergie ont explosé, d’abord avec la reprise économique post-confifi, puis avec la guerre en Ukraine. Pour contenir la hausse des factures d’électricité, le gouv a, depuis mi-janvier, forcé EDF à vendre son électricité moins cher. Résultat, selon lui, la hausse a été limitée à 4 % quand elle aurait pu être de 44 %.

Et côté prod ?
La moitié des 56 centrales nucléaires françaises sont arrêtées à cause de fissures ou pour maintenance. Pour compenser cette baisse de production, EDF achète de l’électricité à prix fort sur le marché européen.

Pas top pour les finances.
Oui ! Ces 2 éléments pourraient faire perdre jusqu’à 28 milliards € en 2022 à EDF. Sans compter les 44 milliards € de dettes du groupe, un héritage ancien, en partie décrypté ici.

C'est pour ça que l'État veut racheter ses parts d'EDF ?
Yes. D’abord pour renflouer ses caisses, rassurer les investisseurs, et ainsi permettre à l’entreprise de financer des projets comme de futurs réacteurs nucléaires ou le développement des énergies renouvelables. Ça permet aussi au gouv d’avoir les mains libres sur la politique énergétique de la France, sans dépendre d’actionnaires privés.

Qui en pense quoi ?
Pour Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, et pour certains syndicats, l’État va en profiter pour démanteler EDF. Comprendre : garder ses activités nucléaires dans son giron car elles requièrent des investissements longs, et céder les énergies renouvelables à des investisseurs privés car elles sont + rentables à court terme.

Et le gouv ?
Pour lui, la renationalisation est la seule façon d’assurer l’indépendance énergétique de la France. Maintenant, tout l’enjeu est de savoir comment il va vouloir traduire cette indépendance : plus de nucléaire ou plus d’énergies renouvelables, un mix des deux, une autre voie.