NI NI

Société
Par
L'équipe Voxe
Le
17/5/22

Ce qu'il se passe.
Le burkini fait un come-back dans le débat.

Rembobine Apolline, j'ai cru comprendre ça.
Hier, Grenoble, ville dirigée par l’écologiste Éric Piolle autorisait le burkini, ce maillot couvrant, et le monokini, le topless, dans ses piscines municipales. Cette discussion locale a pris une tournure nationale sous couvert de respect ou non de la laïcité. On t’aide à voir la lumière (sans mauvais jeu de mots).

Grazie, qui est pour ?
Notamment 2 assos grenobloises de femmes musulmanes dont le mantra est d’ouvrir "les piscines pour toutes" et qui demandent "la liberté des femmes de décider".

Qui est contre ?
Des élus Les Républicains locaux dénoncent une "remise en cause des valeurs républicaines et un entrisme de l'islamisme politique". Mais c'est pas tout.

C'est-à-dire ?
Ça tend les débats au niveau national car on est en pleine campagne pour les législatives. A la hâche, d’un côté, tu as la team partisane de la liberté de s’habiller comme on le souhaite, plutôt à gauche, et de l’autre, ceux qui dénoncent une atteinte aux valeurs républicaines, plutôt de la majorité et à droite. Mais ce n'est pas si simple, même à gauche les candidats ne sont pas d'accord.

Oké, donc c'est une première ?
Nope, ce débat revient régulièrement. Déjà, en 2016-2017, on parlait de ces mairies qui interdisaient le burkini sur leurs plages. Des mesures ensuite annulées par le Conseil d’État, le juge suprême. Côté piscines, à Rennes, les burkinis et shorts de bain sont autorisés depuis 2018, et c’est passé comme une lettre à La Poste. On estime que les femmes qui sont venues se baigner en burkini depuis se comptent sur les doigts d’une main sur environ 900 000 baigneurs annuels.

Ok, donc c'est une question de laïcité alors ?
C’est le principe qui est avancé pour interdire ce maillot. La laïcité est posée par une loi de 1905 qui énonce 2 principes clés : 1/ la liberté de conscience, celle d’avoir une religion et de l’exprimer dans la limite du respect de l’ordre public. Concrètement, ça veut dire que quelle que soit ta foi, tu peux la montrer par les signes que tu veux, et si pour ça tu veux t’habiller en vert des pieds à la tête, tant que ça n’empiète pas sur l’ordre public, c’est ok. 2/ Ensuite, la loi sépare les Églises et l’État : l’État n’a pas de religion et est neutre, et inversement, la loi n’intervient pas dans les cultes.

Psst. Si tu veux creuser, on te recommande cet excellent podcast.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Le burkini fait un come-back dans le débat.

Rembobine Apolline, j'ai cru comprendre ça.
Hier, Grenoble, ville dirigée par l’écologiste Éric Piolle autorisait le burkini, ce maillot couvrant, et le monokini, le topless, dans ses piscines municipales. Cette discussion locale a pris une tournure nationale sous couvert de respect ou non de la laïcité. On t’aide à voir la lumière (sans mauvais jeu de mots).

Grazie, qui est pour ?
Notamment 2 assos grenobloises de femmes musulmanes dont le mantra est d’ouvrir "les piscines pour toutes" et qui demandent "la liberté des femmes de décider".

Qui est contre ?
Des élus Les Républicains locaux dénoncent une "remise en cause des valeurs républicaines et un entrisme de l'islamisme politique". Mais c'est pas tout.

C'est-à-dire ?
Ça tend les débats au niveau national car on est en pleine campagne pour les législatives. A la hâche, d’un côté, tu as la team partisane de la liberté de s’habiller comme on le souhaite, plutôt à gauche, et de l’autre, ceux qui dénoncent une atteinte aux valeurs républicaines, plutôt de la majorité et à droite. Mais ce n'est pas si simple, même à gauche les candidats ne sont pas d'accord.

Oké, donc c'est une première ?
Nope, ce débat revient régulièrement. Déjà, en 2016-2017, on parlait de ces mairies qui interdisaient le burkini sur leurs plages. Des mesures ensuite annulées par le Conseil d’État, le juge suprême. Côté piscines, à Rennes, les burkinis et shorts de bain sont autorisés depuis 2018, et c’est passé comme une lettre à La Poste. On estime que les femmes qui sont venues se baigner en burkini depuis se comptent sur les doigts d’une main sur environ 900 000 baigneurs annuels.

Ok, donc c'est une question de laïcité alors ?
C’est le principe qui est avancé pour interdire ce maillot. La laïcité est posée par une loi de 1905 qui énonce 2 principes clés : 1/ la liberté de conscience, celle d’avoir une religion et de l’exprimer dans la limite du respect de l’ordre public. Concrètement, ça veut dire que quelle que soit ta foi, tu peux la montrer par les signes que tu veux, et si pour ça tu veux t’habiller en vert des pieds à la tête, tant que ça n’empiète pas sur l’ordre public, c’est ok. 2/ Ensuite, la loi sépare les Églises et l’État : l’État n’a pas de religion et est neutre, et inversement, la loi n’intervient pas dans les cultes.

Psst. Si tu veux creuser, on te recommande cet excellent podcast.