MY NAME IS BOND

Le lancement de James Webb

International
Par
L'équipe Voxe
Le
28/1/22

Ce qu'il se passe.
James est à 1,5 million de km de la Terre.

Rembobine Quirine, tu rigoles ?
Pas totalement. Parti de Kourou, en Guyane, le jour de noël, le télescope spatial James Webb a atteint son orbite final le 25 janvier. Après 30 ans de développement - dont 14 de retard - et un budget à 10 milliards $, son job, c’est d’observer les 1res galaxies de l’univers.

Rien à voir avec Bond.
Nope, mais on n’a pas résisté. James Webb, c’est le "télescope du siècle" et le successeur de Hubble, lancé dans les 90’s. Ses parents sont la Nasa, en collab avec les agences spatiales européenne et canadienne. Physiquement, il présente un miroir de 6,5 m, soit le plus grand des télescopes jamais partis dans l’espace. On peut dire que c'est un beau bébé.

Ok, et il sert à quoi exactement ?
Il a 4 missions : 1/ détecter les plus vieilles étoiles et galaxies, 2/ étudier leur évolution, 3/ comprendre comment se forment les étoiles comme notre soleil, et 4/ étudier les exoplanètes - en dehors du système solaire - pour y trouver des "marqueurs biologiques", sous-entendu : des traces de vie extraterrestres. Et ça compte parce qu'il permettrait de comprendre comment naît la vie dans l’univers. Oui, car "on pense aujourd’hui que la vie se crée sur des planètes. Mais est-ce que la vie peut se développer dans des environnements qui n’ont rien à voir (...) ?" raconte O.Berné, chercheur du CNRS.

Cool, et ça marche comment ?
James déploie son miroir pour recevoir les rayonnements des 1res étoiles et galaxies, formées il y a plus de 13,4 milliards d’années, soit "assez proche" (en langage astrophysique) du Big Bang qui a donné naissance à l’univers. Et dans l'espace, voir loin, c’est voir dans le passé. C’est une 1re rendue possible parce qu'à la différence de Hubble, James s’appuie sur l’infrarouge, ce qui lui permet de détecter la lumière des galaxies les plus éloignées de nous, qui en voyageant, sont passées du visible à l’infrarouge.

Wow, et on peut voir ?
Tu peux le suivre en permanence ici, mais pour les images qu’il capte, il faudra attendre juin-juillet, le temps que les instruments refroidissent et qu’on les calibre.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
James est à 1,5 million de km de la Terre.

Rembobine Quirine, tu rigoles ?
Pas totalement. Parti de Kourou, en Guyane, le jour de noël, le télescope spatial James Webb a atteint son orbite final le 25 janvier. Après 30 ans de développement - dont 14 de retard - et un budget à 10 milliards $, son job, c’est d’observer les 1res galaxies de l’univers.

Rien à voir avec Bond.
Nope, mais on n’a pas résisté. James Webb, c’est le "télescope du siècle" et le successeur de Hubble, lancé dans les 90’s. Ses parents sont la Nasa, en collab avec les agences spatiales européenne et canadienne. Physiquement, il présente un miroir de 6,5 m, soit le plus grand des télescopes jamais partis dans l’espace. On peut dire que c'est un beau bébé.

Ok, et il sert à quoi exactement ?
Il a 4 missions : 1/ détecter les plus vieilles étoiles et galaxies, 2/ étudier leur évolution, 3/ comprendre comment se forment les étoiles comme notre soleil, et 4/ étudier les exoplanètes - en dehors du système solaire - pour y trouver des "marqueurs biologiques", sous-entendu : des traces de vie extraterrestres. Et ça compte parce qu'il permettrait de comprendre comment naît la vie dans l’univers. Oui, car "on pense aujourd’hui que la vie se crée sur des planètes. Mais est-ce que la vie peut se développer dans des environnements qui n’ont rien à voir (...) ?" raconte O.Berné, chercheur du CNRS.

Cool, et ça marche comment ?
James déploie son miroir pour recevoir les rayonnements des 1res étoiles et galaxies, formées il y a plus de 13,4 milliards d’années, soit "assez proche" (en langage astrophysique) du Big Bang qui a donné naissance à l’univers. Et dans l'espace, voir loin, c’est voir dans le passé. C’est une 1re rendue possible parce qu'à la différence de Hubble, James s’appuie sur l’infrarouge, ce qui lui permet de détecter la lumière des galaxies les plus éloignées de nous, qui en voyageant, sont passées du visible à l’infrarouge.

Wow, et on peut voir ?
Tu peux le suivre en permanence ici, mais pour les images qu’il capte, il faudra attendre juin-juillet, le temps que les instruments refroidissent et qu’on les calibre.