MOIT-MOIT

Environnement
Par
L'équipe Voxe
Le
21/11/22

Ce qu'il se passe.
La COP 27 est un demi-succès, un demi-échec.

Rembobine Albertine.
Comme chaque année depuis 1995, 196 pays, des ONG et des scientifiques se sont retrouvés pour faire un point sur leurs objectifs pour préserver le climat. L’enjeu était double cette année : s’engager publiquement à réduire les émissions de gaz à effet de serre, ceux qui réchauffent l’atmosphère, et que les pays riches aident financièrement les pays les plus pauvres pour affronter les dégâts climatiques.

Rappelle-moi l'objectif de base ?
En 2015, l’Accord de Paris dit max + 2° C et si possible + 1,5° C par rapport aux températures préindustrielles - vers 1900 - en réduisant de 45 % les gaz à effet de serre d’ici 2030.

Et donc le succès de cette COP ?
Pour la 1re fois, on y a acté qu’il fallait aider les pays les plus fragiles à affronter les dégâts du réchauffement via un fonds "pertes et dommages" que les pays concernés attendent depuis 30 ans. Car ils sont souvent plus durement frappés alors qu’ils émettent moins de gaz à effet de serre. Combien et qui donnera quoi devraient être décidés à la COP de l’année pro ou avant lors d'un sommet qu'envisage le président Macron.

Oké, et sur les gaz à effet de serre, on en est où ?
Avant 2015, on était sur la voie des + 4° C. Cette année, pour l’ONU, on se dirige vers + 2,5° C d’ici 2100. Et même si les pays ont maintenu l’objectif des + 1,5° C à la COP cette année, certains experts déplorent qu’aucuns nouveaux engagements n’aient été pris pour accélérer la baisse des émissions de gaz à effet de serre et sortir des énergies fossiles.

Rien du tout ?
L’UE s’est engagée lors de la COP 27 à réduire ses émissions de 57 % d’ici à 2030 par rapport à 1990, vs un obj de - 55 % avant la COP. Vingt pays qui représentent 80 % des émissions mondiales,  dont le Brésil, la Russie ou le Japon, ont dit qu’ils allaient continuer leurs efforts pour limiter la hausse à + 1,5° C. Les US et la Chine, les 2 plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, ont accepté de recommencer à travailler ensemble pour lutter contre le réchauffement climatique.

Donc on est dans les clous ?
Non, c’est très très loin d’être suffisant, mais déjà, passer de + 4° C à + 2,5° C pourrait éviter de plus fréquents et plus violents incendies, vagues de chaleur ou inondations et sauver des vies.

Mais au fond, c'est utile ces sommets ?
Disons que ça crée un momentum où les pays du monde s’engagent pour le climat, et c’est comme ça qu’il y a eu des progrès, même si c’est très loin d’être encore assez.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
La COP 27 est un demi-succès, un demi-échec.

Rembobine Albertine.
Comme chaque année depuis 1995, 196 pays, des ONG et des scientifiques se sont retrouvés pour faire un point sur leurs objectifs pour préserver le climat. L’enjeu était double cette année : s’engager publiquement à réduire les émissions de gaz à effet de serre, ceux qui réchauffent l’atmosphère, et que les pays riches aident financièrement les pays les plus pauvres pour affronter les dégâts climatiques.

Rappelle-moi l'objectif de base ?
En 2015, l’Accord de Paris dit max + 2° C et si possible + 1,5° C par rapport aux températures préindustrielles - vers 1900 - en réduisant de 45 % les gaz à effet de serre d’ici 2030.

Et donc le succès de cette COP ?
Pour la 1re fois, on y a acté qu’il fallait aider les pays les plus fragiles à affronter les dégâts du réchauffement via un fonds "pertes et dommages" que les pays concernés attendent depuis 30 ans. Car ils sont souvent plus durement frappés alors qu’ils émettent moins de gaz à effet de serre. Combien et qui donnera quoi devraient être décidés à la COP de l’année pro ou avant lors d'un sommet qu'envisage le président Macron.

Oké, et sur les gaz à effet de serre, on en est où ?
Avant 2015, on était sur la voie des + 4° C. Cette année, pour l’ONU, on se dirige vers + 2,5° C d’ici 2100. Et même si les pays ont maintenu l’objectif des + 1,5° C à la COP cette année, certains experts déplorent qu’aucuns nouveaux engagements n’aient été pris pour accélérer la baisse des émissions de gaz à effet de serre et sortir des énergies fossiles.

Rien du tout ?
L’UE s’est engagée lors de la COP 27 à réduire ses émissions de 57 % d’ici à 2030 par rapport à 1990, vs un obj de - 55 % avant la COP. Vingt pays qui représentent 80 % des émissions mondiales,  dont le Brésil, la Russie ou le Japon, ont dit qu’ils allaient continuer leurs efforts pour limiter la hausse à + 1,5° C. Les US et la Chine, les 2 plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, ont accepté de recommencer à travailler ensemble pour lutter contre le réchauffement climatique.

Donc on est dans les clous ?
Non, c’est très très loin d’être suffisant, mais déjà, passer de + 4° C à + 2,5° C pourrait éviter de plus fréquents et plus violents incendies, vagues de chaleur ou inondations et sauver des vies.

Mais au fond, c'est utile ces sommets ?
Disons que ça crée un momentum où les pays du monde s’engagent pour le climat, et c’est comme ça qu’il y a eu des progrès, même si c’est très loin d’être encore assez.