MEA CULPA

Des ex-militaires colombiens avouent leurs crimes.

International
Par
L'équipe Voxe
Le
29/4/22

Ce qu'il se passe.
Des ex-militaires colombiens avouent leurs crimes.

Rembobine Colombine, dans quel cadre ?
Mardi, 10 anciens soldats ont confessé avoir kidnappé et tué 120 paysans colombiens innocents en 2007 et en 2008 au nord du pays, en plein conflit avec les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie). Ils les avaient ensuite fait passer, auprès de l’armée, pour des rebelles tués au combat. 15 ans après, ils ont reconnu ces assassinats devant les familles des victimes et le tribunal installé depuis 2016 pour juger les crimes commis pendant la guérilla.

Ça me dit un truc.
Des années 60 jusqu’à un accord de paix en 2016, l’armée nationale et la rébellion des FARC, des guérilleros d’extrême gauche, se sont affrontées. Ce conflit a fait 9 millions de victimes - des personnes mutilées, disparues, déplacées - dont 260 000 morts sur env 50 millions de Colombiens à la fin des 2010's.

C'est énorme.
Oui. Depuis 5 ans, la Juridiction spéciale de paix (JEP), juge les crimes potentiels des militaires et des ex-guérilleros commis durant le conflit. Ce tribunal a notamment contribué à révéler le scandale des "faux positifs": des militaires ont assassiné des milliers de civils pour gonfler leurs résultats car dès qu’ils tuaient, l’armée les récompensait en argent, médailles ou promotions.

On connaît le nombre de morts ?
D’après la JEP, les soldats colombiens auraient tué 6 402 civils entre 2002 et 2008. En juin dernier, l’ex-président colombien Juan Manuel Santos a reconnu la responsabilité de l'armée colombienne, mais seuls une vingtaine de militaires ont admis leur culpabilité depuis que le tribunal enquête.

Donc on avance vers la vérité.
Plutôt mais parce qu’ils ont avoué leurs crimes, les militaires pourraient être condamnés moins lourdement, en écopant d’autres peines que la prison par ex. Pour la société colombienne, la reconnaissance de ces crimes compte car elle brise le silence sur la responsabilité de l’armée dans les meurtres d'innocents.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Des ex-militaires colombiens avouent leurs crimes.

Rembobine Colombine, dans quel cadre ?
Mardi, 10 anciens soldats ont confessé avoir kidnappé et tué 120 paysans colombiens innocents en 2007 et en 2008 au nord du pays, en plein conflit avec les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie). Ils les avaient ensuite fait passer, auprès de l’armée, pour des rebelles tués au combat. 15 ans après, ils ont reconnu ces assassinats devant les familles des victimes et le tribunal installé depuis 2016 pour juger les crimes commis pendant la guérilla.

Ça me dit un truc.
Des années 60 jusqu’à un accord de paix en 2016, l’armée nationale et la rébellion des FARC, des guérilleros d’extrême gauche, se sont affrontées. Ce conflit a fait 9 millions de victimes - des personnes mutilées, disparues, déplacées - dont 260 000 morts sur env 50 millions de Colombiens à la fin des 2010's.

C'est énorme.
Oui. Depuis 5 ans, la Juridiction spéciale de paix (JEP), juge les crimes potentiels des militaires et des ex-guérilleros commis durant le conflit. Ce tribunal a notamment contribué à révéler le scandale des "faux positifs": des militaires ont assassiné des milliers de civils pour gonfler leurs résultats car dès qu’ils tuaient, l’armée les récompensait en argent, médailles ou promotions.

On connaît le nombre de morts ?
D’après la JEP, les soldats colombiens auraient tué 6 402 civils entre 2002 et 2008. En juin dernier, l’ex-président colombien Juan Manuel Santos a reconnu la responsabilité de l'armée colombienne, mais seuls une vingtaine de militaires ont admis leur culpabilité depuis que le tribunal enquête.

Donc on avance vers la vérité.
Plutôt mais parce qu’ils ont avoué leurs crimes, les militaires pourraient être condamnés moins lourdement, en écopant d’autres peines que la prison par ex. Pour la société colombienne, la reconnaissance de ces crimes compte car elle brise le silence sur la responsabilité de l’armée dans les meurtres d'innocents.