LOSING MY RELIGION*

Société
Par
L'équipe Voxe
Le
21/3/22

Ce qu'il se passe.
Les actes antireligieux s’aggravent en France.

Rembobine Caroline, comment ça ?
Chaque année, le ministère de l’Intérieur dévoile le nombre d’actes commis contre des juifs, des chrétiens ou des musulmans. En 2021, 1 659 agressions, menaces ou injures ont été recensées - soit env 5/jour - et si ce chiffre est plutôt constant depuis 2016, les actes, eux, deviennent plus violents.

Raconte.
L’année dernière, 857 actes étaient antichrétiens, 589 antisémites (énorme quand on sait que les juifs représentent < 1% de la population), et 213 antimusulmans. Mais ces chiffres seraient sous-estimés, car les victimes ne portent pas toujours plainte, et ces atteintes sont aussi racistes et alors comptées comme telles. Et là, le chiffre gonfle : en 2021, la police a enregistré 12 500 infractions racistes, xénophobes ou antireligieuses.

C'est quoi un acte antireligieux ?
Ça peut être des violences physiques, un attentat ou un assassinat, des incendies, des vols ou des dégradations, ou encore des inscriptions, des courriers ou des menaces de vive voix ou en ligne. Ce sont des églises vandalisées, des tombes juives taguées avec des croix gammées, des mosquées incendiées, ou encore des prêtres, des rabbins ou des imams insultés.

C'est pire qu'avant ?
Oui, selon 2 députés chargés par le Premier ministre Jean Castex de faire un état des lieux, la haine et la violence se sont intensifiées. Les actes recensés chez les gens ou en public augmenteraient, et les petites agressions ou insultes quotidiennes seraient permanentes.

On sait pourquoi ?
Pour les députés, c’est une des illustrations "d’un état général de crispation de la société". Ces actes trouveraient leur source dans l’actu nationale, comme le rapport sur les abus sexuels dans l’Église, et les conflits internationaux, notamment au Moyen-Orient, mais aussi dans les discours politiques qui banalisent les discriminations.

On fait quoi ?
Niveau prévention et répression, la France répond plutôt bien, mais peut encore progresser selon les députés. Ils proposent d’augmenter le budget pour sécuriser les lieux de culte, un meilleur accueil des victimes dans les commissariats, la répression des discours haineux sur Internet, ou encore une meilleure éducation aux religions à l’école. Cette question n’est pas un thème central de la présidentielle, les 12 candidats se concentrent plutôt sur les signes religieux et la laïcité.

Psst. *Avec R.E.M dans tes oreilles.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Les actes antireligieux s’aggravent en France.

Rembobine Caroline, comment ça ?
Chaque année, le ministère de l’Intérieur dévoile le nombre d’actes commis contre des juifs, des chrétiens ou des musulmans. En 2021, 1 659 agressions, menaces ou injures ont été recensées - soit env 5/jour - et si ce chiffre est plutôt constant depuis 2016, les actes, eux, deviennent plus violents.

Raconte.
L’année dernière, 857 actes étaient antichrétiens, 589 antisémites (énorme quand on sait que les juifs représentent < 1% de la population), et 213 antimusulmans. Mais ces chiffres seraient sous-estimés, car les victimes ne portent pas toujours plainte, et ces atteintes sont aussi racistes et alors comptées comme telles. Et là, le chiffre gonfle : en 2021, la police a enregistré 12 500 infractions racistes, xénophobes ou antireligieuses.

C'est quoi un acte antireligieux ?
Ça peut être des violences physiques, un attentat ou un assassinat, des incendies, des vols ou des dégradations, ou encore des inscriptions, des courriers ou des menaces de vive voix ou en ligne. Ce sont des églises vandalisées, des tombes juives taguées avec des croix gammées, des mosquées incendiées, ou encore des prêtres, des rabbins ou des imams insultés.

C'est pire qu'avant ?
Oui, selon 2 députés chargés par le Premier ministre Jean Castex de faire un état des lieux, la haine et la violence se sont intensifiées. Les actes recensés chez les gens ou en public augmenteraient, et les petites agressions ou insultes quotidiennes seraient permanentes.

On sait pourquoi ?
Pour les députés, c’est une des illustrations "d’un état général de crispation de la société". Ces actes trouveraient leur source dans l’actu nationale, comme le rapport sur les abus sexuels dans l’Église, et les conflits internationaux, notamment au Moyen-Orient, mais aussi dans les discours politiques qui banalisent les discriminations.

On fait quoi ?
Niveau prévention et répression, la France répond plutôt bien, mais peut encore progresser selon les députés. Ils proposent d’augmenter le budget pour sécuriser les lieux de culte, un meilleur accueil des victimes dans les commissariats, la répression des discours haineux sur Internet, ou encore une meilleure éducation aux religions à l’école. Cette question n’est pas un thème central de la présidentielle, les 12 candidats se concentrent plutôt sur les signes religieux et la laïcité.

Psst. *Avec R.E.M dans tes oreilles.