Les règles du jeu

Société
Par
L'équipe Voxe
Le
3/11/21

🗞 LES RÈGLES DU JEU

Ce qu'il se passe.
Les règles du chômage changent.

Rembobine Nesrine, tout de suite ?
Oui, et depuis le 1er juillet même. En fait, la réforme de l’assurance chômage avait déjà été reportée plusieurs fois à cause du cocovirus. Le Conseil d’État - le juge administratif suprême - en avait suspendu une partie en juin à cause des mauvaises conditions économiques, mais celles-ci affichant un beau soleil depuis, elle va être appliquée intégralement à partir du 1er décembre. Elle comporte 3 changements majeurs : un bonus-malus pour certaines entreprises, des règles plus strictes pour toucher des indemnités, et moins de pépettes pour les plus hauts salaires.

Ok, tu me rappelles l'objectif ?
Elle en a 2 : 1/ faire des économies quand le déficit du chômage s’est aggravé avec l’épidémie, même s’il devrait repasser dans le vert avec la bonne météo éco. 2/ Réduire la précarité des travailleurs en pénalisant les boîtes qui utilisent beaucoup de CDD courts, et en incitant les personnes à accepter des contrats longs. Pour le contexte, le nombre de CDD de moins d’1 mois a augmenté de 250% en 10 ans, et contrats courts = précarité.

Dac, et ce bonus-malus ?
Les entreprises qui auront abusé des contrats courts paieront des cotisations chômage plus élevées : jusqu’à 5,05% vs 4,05% habituellement. Si on devait appliquer ce malus aujourd’hui, il concernerait 21 000 entreprises sur près de 4 millions de PME, principales utilisatrices de ces contrats.

Ok, et ça a quel impact sur les salariés ?
Le gouv veut les inciter à choisir des contrats pérennes en réduisant les indemnités en cas de nombreuses alternances entre contrats courts et chômage. Mais, pour la gauche, ça pénalise celles et ceux qui ont des trajectoires irrégulières, et notamment les plus jeunes qui rament plus pour accéder à un job stable. On estime que 345 000 personnes de moins de 25 ans pourraient être touchées dès la 1re année.

D'autres changements qui me concernent ?
À partir du 1er décembre, pour les salaires au-dessus de 4 500€ bruts par mois, si les conditions éco se maintiennent, il faudra avoir travaillé 6 mois vs 4 jusque-là pour pouvoir toucher le chômage, et le montant des allocations diminuera dès le 6e et non plus le 8e mois. Cette mesure pourrait toucher 60 000 personnes dès la 1re année. Achtung, si ton contrat a été rompu avant le 1er octobre 2021, rien ne change pour toi, ce sont les règles en vigueur à la date de rupture qui comptent.

Ok, et on en pense quoi ?
Les syndicats estiment que la réforme va pénaliser les plus précaires dont les indemnités pourraient baisser de 17%. Le gouv pense que la réforme est nécessaire parce qu'il y a trop de contrats courts. Pour les analystes, cette réforme permet au Président Macron de satisfaire la droite de son électorat avant la présidentielle, et de montrer qu’il avance malgré l’épidémie.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

🗞 LES RÈGLES DU JEU

Ce qu'il se passe.
Les règles du chômage changent.

Rembobine Nesrine, tout de suite ?
Oui, et depuis le 1er juillet même. En fait, la réforme de l’assurance chômage avait déjà été reportée plusieurs fois à cause du cocovirus. Le Conseil d’État - le juge administratif suprême - en avait suspendu une partie en juin à cause des mauvaises conditions économiques, mais celles-ci affichant un beau soleil depuis, elle va être appliquée intégralement à partir du 1er décembre. Elle comporte 3 changements majeurs : un bonus-malus pour certaines entreprises, des règles plus strictes pour toucher des indemnités, et moins de pépettes pour les plus hauts salaires.

Ok, tu me rappelles l'objectif ?
Elle en a 2 : 1/ faire des économies quand le déficit du chômage s’est aggravé avec l’épidémie, même s’il devrait repasser dans le vert avec la bonne météo éco. 2/ Réduire la précarité des travailleurs en pénalisant les boîtes qui utilisent beaucoup de CDD courts, et en incitant les personnes à accepter des contrats longs. Pour le contexte, le nombre de CDD de moins d’1 mois a augmenté de 250% en 10 ans, et contrats courts = précarité.

Dac, et ce bonus-malus ?
Les entreprises qui auront abusé des contrats courts paieront des cotisations chômage plus élevées : jusqu’à 5,05% vs 4,05% habituellement. Si on devait appliquer ce malus aujourd’hui, il concernerait 21 000 entreprises sur près de 4 millions de PME, principales utilisatrices de ces contrats.

Ok, et ça a quel impact sur les salariés ?
Le gouv veut les inciter à choisir des contrats pérennes en réduisant les indemnités en cas de nombreuses alternances entre contrats courts et chômage. Mais, pour la gauche, ça pénalise celles et ceux qui ont des trajectoires irrégulières, et notamment les plus jeunes qui rament plus pour accéder à un job stable. On estime que 345 000 personnes de moins de 25 ans pourraient être touchées dès la 1re année.

D'autres changements qui me concernent ?
À partir du 1er décembre, pour les salaires au-dessus de 4 500€ bruts par mois, si les conditions éco se maintiennent, il faudra avoir travaillé 6 mois vs 4 jusque-là pour pouvoir toucher le chômage, et le montant des allocations diminuera dès le 6e et non plus le 8e mois. Cette mesure pourrait toucher 60 000 personnes dès la 1re année. Achtung, si ton contrat a été rompu avant le 1er octobre 2021, rien ne change pour toi, ce sont les règles en vigueur à la date de rupture qui comptent.

Ok, et on en pense quoi ?
Les syndicats estiment que la réforme va pénaliser les plus précaires dont les indemnités pourraient baisser de 17%. Le gouv pense que la réforme est nécessaire parce qu'il y a trop de contrats courts. Pour les analystes, cette réforme permet au Président Macron de satisfaire la droite de son électorat avant la présidentielle, et de montrer qu’il avance malgré l’épidémie.

Découvrir la Quotidienne de Voxe