Les Londoniennes protestent contre les violences sexistes.

Sarah Everard : les Londoniennes protestent contre les violences sexistes.

Droits humains
Par
L'équipe Voxe
Le
16/3/21

Rembobine Gwendolyn, il s'est passé quelque chose ?
Oui. Samedi, malgré l’épidémie et l’interdiction, des centaines de personnes se sont réunies dans le quartier de Clapham - sud de Londres - pour rendre hommage à Sarah Everard, 33 ans, assassinée début mars, alors qu’elle rentrait chez elle à pied. La police a dispersé le rassemblement et les images de policiers en train de maîtriser et menotter certaines des manifestantes ont choqué.

Raconte-moi ce qu'on sait.
Mercredi 3 mars, elle rentre à pied de chez des amies depuis Clapham vers le quartier de Brixton, où elle habite. Un trajet de 50 minutes au cours duquel elle disparaît vers 21h30.  Le mercredi suivant, son corps est découvert dans un bois du comté du Kent. Vendredi, un policier, Wayne Couzens, 48 ans, est mis en examen, suspecté d’enlèvement et de meurtre. Il est aussi soupçonné d’exhibition sexuelle, le 28 février, dans un fast food de Londres.

Affreux, et la mobilisation a commencé comment ?
Ce post Insta de Lucy Mountain, bloggeuse / influenceuse / prof de fitness, posté jeudi dernier est devenu viral. Il résume les stratégies que toutes les femmes instaurent pour essayer de rester safe le soir dans la rue. L’inculpation d’un policier, censé protéger, a peut-être également mobilisé. Ensuite, les hashtags #shewasjustwalkinghome et #textmewhenyougethome ont fait le reste.

Et donc la manif était tendue ?
Oui, au point que la ministre de l’Intérieur conservatrice Priti Patel et le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, ont demandé des comptes aux policiers. Le boss des libéraux démocrates - un parti centriste - a demandé que la cheffe de la police de Londres, Cressida Dick, démissionne. Elle a refusé.

Je vois, il y a beaucoup de harcèlement de rue au UK ?
Selon un sondage de janvier 2021, 97% des femmes britanniques de 18 à 24 ans ont subi des violences sexistes dans l’espace public. Ce chiffre s’élève à 70% si on prend l’ensemble des femmes. On estime que seules 4% ont porté plainte et 45% pensent que c’est inutile. En Europe, selon une étude de 2021, 83% des femmes de 16 et 29 ans évitent de se retrouver seules dans certains endroits ou de se rendre dans certaines rues ou quartiers pour préserver leur sécurité. En comparaison, c’est le cas de 58% des hommes du même âge.

Et en France ?
81% des Françaises ont déjà été victimes de harcèlement de rue et 17% ont renoncé souvent ou parfois à sortir de chez elles pour des raisons de sécurité. En 2018, la loi Schiappa sur les violences sexistes et de genre, créait un délit d’outrage sexiste pour combattre le harcèlement de rue. Tarif: 750 € d’amende. L’objectif derrière ce délit était notamment de permettre aux policiers de verbaliser dans la rue, en flagrant délit et ainsi d’éviter aux victimes le dépôt de plainte. Au bout de 2 ans, on compte 1746 infractions, dont seules 15% ont abouti à une amende. Et comme la plupart des amendes ont été imposées suite à des plaintes de victimes, on peut dire que l’objectif initial de leur éviter cette procédure n’est pas vraiment rempli.

Pssst. Si tu as un iPhone, voici comment programmer la fonction Urgence qui permet d’appeler automatiquement les services d’urgences et/ou des contacts persos pré-enregistrés. Pour les autres GSM, on cherche !

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Rembobine Gwendolyn, il s'est passé quelque chose ?
Oui. Samedi, malgré l’épidémie et l’interdiction, des centaines de personnes se sont réunies dans le quartier de Clapham - sud de Londres - pour rendre hommage à Sarah Everard, 33 ans, assassinée début mars, alors qu’elle rentrait chez elle à pied. La police a dispersé le rassemblement et les images de policiers en train de maîtriser et menotter certaines des manifestantes ont choqué.

Raconte-moi ce qu'on sait.
Mercredi 3 mars, elle rentre à pied de chez des amies depuis Clapham vers le quartier de Brixton, où elle habite. Un trajet de 50 minutes au cours duquel elle disparaît vers 21h30.  Le mercredi suivant, son corps est découvert dans un bois du comté du Kent. Vendredi, un policier, Wayne Couzens, 48 ans, est mis en examen, suspecté d’enlèvement et de meurtre. Il est aussi soupçonné d’exhibition sexuelle, le 28 février, dans un fast food de Londres.

Affreux, et la mobilisation a commencé comment ?
Ce post Insta de Lucy Mountain, bloggeuse / influenceuse / prof de fitness, posté jeudi dernier est devenu viral. Il résume les stratégies que toutes les femmes instaurent pour essayer de rester safe le soir dans la rue. L’inculpation d’un policier, censé protéger, a peut-être également mobilisé. Ensuite, les hashtags #shewasjustwalkinghome et #textmewhenyougethome ont fait le reste.

Et donc la manif était tendue ?
Oui, au point que la ministre de l’Intérieur conservatrice Priti Patel et le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, ont demandé des comptes aux policiers. Le boss des libéraux démocrates - un parti centriste - a demandé que la cheffe de la police de Londres, Cressida Dick, démissionne. Elle a refusé.

Je vois, il y a beaucoup de harcèlement de rue au UK ?
Selon un sondage de janvier 2021, 97% des femmes britanniques de 18 à 24 ans ont subi des violences sexistes dans l’espace public. Ce chiffre s’élève à 70% si on prend l’ensemble des femmes. On estime que seules 4% ont porté plainte et 45% pensent que c’est inutile. En Europe, selon une étude de 2021, 83% des femmes de 16 et 29 ans évitent de se retrouver seules dans certains endroits ou de se rendre dans certaines rues ou quartiers pour préserver leur sécurité. En comparaison, c’est le cas de 58% des hommes du même âge.

Et en France ?
81% des Françaises ont déjà été victimes de harcèlement de rue et 17% ont renoncé souvent ou parfois à sortir de chez elles pour des raisons de sécurité. En 2018, la loi Schiappa sur les violences sexistes et de genre, créait un délit d’outrage sexiste pour combattre le harcèlement de rue. Tarif: 750 € d’amende. L’objectif derrière ce délit était notamment de permettre aux policiers de verbaliser dans la rue, en flagrant délit et ainsi d’éviter aux victimes le dépôt de plainte. Au bout de 2 ans, on compte 1746 infractions, dont seules 15% ont abouti à une amende. Et comme la plupart des amendes ont été imposées suite à des plaintes de victimes, on peut dire que l’objectif initial de leur éviter cette procédure n’est pas vraiment rempli.

Pssst. Si tu as un iPhone, voici comment programmer la fonction Urgence qui permet d’appeler automatiquement les services d’urgences et/ou des contacts persos pré-enregistrés. Pour les autres GSM, on cherche !

Découvrir la Quotidienne de Voxe