Le point sur le projet de mine de la Montagne d'or en Guyane française

Le point sur le projet de mine de la Montagne d'or en Guyane française

Environnement
Par
L'équipe Voxe
Le
5/2/21

🗞 MAIS OÙ EST DONC OR NI CAR ?

Ce qu'il se passe.
Le gouvernement s’oppose au projet de mine de la Montagne d'or en Guyane française.

Rembobine Marine, qui, que, quoi, dont, où ?
Il fait appel d’une décision du tribunal administratif de Cayenne (chef-lieu), de décembre 2020 qui le forçait à prolonger de 6 mois les concessions de la Compagnie minière Montagne d’or sur ces mines de Guyane. Pour les 3 ministres concernés - Transition écologique, Outre-Mer, et Industrie - « le projet Montagne d'or tel qu'il a été présenté n'est pas compatible avec (nos) ambitions en matière d'environnement ».

Atta mais c’est quoi ce projet de mine ?
On est dans l’ouest de cette région d’outre-mer qu’est la Guyane, pas très loin de la frontière avec le Suriname, ici exactement. Ce projet de mine est porté par la Compagnie minière Montagne d'or, une coentreprise (joint-venture) russo-canadienne. On parle ici de 8 concessions, situées entre les 2 parties de la réserve biologique de Lucifer Dékou-Dékou, que la compagnie explore depuis 2011. L’or guyanais est exploité depuis la fin du 19e siècle, mais ce gisement-là a été repéré dans les années 2000. Pour que tu imagines, si elle est autorisée, la mine à ciel ouvert qui exploiterait ce gisement, prendrait la forme d’une fosse de 2,5 km de long, 400 m de large et entre 200 et 400m de profondeur. Il faudrait 10 tonnes de cyanure, 20 d’explosifs et 80 000 t de déchets quotidiens pour extraire 20 kg d’or chaque jour.

Wow. Et donc c’est pas encore creusé ?
Non, enfin, pas tel que prévu dans ce projet dont le calendrier est détaillé ici. La production devait commencer en 2022 mais le projet a fait l’objet d’un débat public en 2018, et spoiler alert, c’était tendu. Chacun a campé sur ses positions (les conclusions p.78 sont pépites). En mai 2019, le gouvernement annonce officiellement que le projet est abandonné, mais cette annonce n’a aucune valeur légale. Et le recours du gouvernement annoncé hier n’est qu’une étape dans la bataille judiciaire autour du projet. Bref, c’est pas réglé.

Et qui est pour / contre ?
Emmanuel Macron a d’abord été pour, puis contre. Aujourd’hui, le gouvernement s’y oppose. Globalement les organisations patronales y sont favorables et les assos environnementales y sont opposées. Sur place, les élus sont partagés, mais les assos autochtones sont clairement contre. Bref, le débat est mouvementé.

Capiche, et donc la critique c’est le risque écologique.
Yep. En (très) gros : destruction d'habitat, appauvrissement de la faune aquatique, déboisement de 7 hectares de forêt primaire, dérangement des oiseaux et des mammifères, érosion, pollution de l’eau au mercure, au cyanure, dérivation des cours d’eau, etc. Et ce, sans compter les travaux qu’il faudrait faire pour construire et faire fonctionner la mine : 120Km de route, un barrage hydroélectrique et des besoins énergétiques équivalents à ce que consomme Cayenne. Au total, le projet doublerait l’empreinte carbone de la Guyane.

Et avec ceci ?
Il y a d’autres critiques. Pour l’ONG environnementale, WWF, le projet ne serait rentable que parce qu’il est massivement subventionné. En effet, le système fiscal français subventionne directement le projet pour un montant total de 420 millions d'€, selon le WWF. L’ONG demande à ce que ces pépettes aillent à d’autres projets que celui-ci, qu’il qualifie de « désastre écologique et mirage économique ».

Justement, l’enjeu économique, c’est ?
Sur cette partie du territoire guyanais, le chômage oscille entre 22 et 34%. Et la Compagnie Montagne d’or promet 750 emplois directs et 3000 indirects, ainsi qu’une contribution de plus de 420 millions d'€ de taxes et impôts. Pour la Compagnie, les recettes sont estimées entre 4 et 12 milliards d’€ et des résultats nets après impôts entre 300 millions et 600 millions d’€, soit une valeur dans la moyenne des opérations minières de ce type.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

🗞 MAIS OÙ EST DONC OR NI CAR ?

Ce qu'il se passe.
Le gouvernement s’oppose au projet de mine de la Montagne d'or en Guyane française.

Rembobine Marine, qui, que, quoi, dont, où ?
Il fait appel d’une décision du tribunal administratif de Cayenne (chef-lieu), de décembre 2020 qui le forçait à prolonger de 6 mois les concessions de la Compagnie minière Montagne d’or sur ces mines de Guyane. Pour les 3 ministres concernés - Transition écologique, Outre-Mer, et Industrie - « le projet Montagne d'or tel qu'il a été présenté n'est pas compatible avec (nos) ambitions en matière d'environnement ».

Atta mais c’est quoi ce projet de mine ?
On est dans l’ouest de cette région d’outre-mer qu’est la Guyane, pas très loin de la frontière avec le Suriname, ici exactement. Ce projet de mine est porté par la Compagnie minière Montagne d'or, une coentreprise (joint-venture) russo-canadienne. On parle ici de 8 concessions, situées entre les 2 parties de la réserve biologique de Lucifer Dékou-Dékou, que la compagnie explore depuis 2011. L’or guyanais est exploité depuis la fin du 19e siècle, mais ce gisement-là a été repéré dans les années 2000. Pour que tu imagines, si elle est autorisée, la mine à ciel ouvert qui exploiterait ce gisement, prendrait la forme d’une fosse de 2,5 km de long, 400 m de large et entre 200 et 400m de profondeur. Il faudrait 10 tonnes de cyanure, 20 d’explosifs et 80 000 t de déchets quotidiens pour extraire 20 kg d’or chaque jour.

Wow. Et donc c’est pas encore creusé ?
Non, enfin, pas tel que prévu dans ce projet dont le calendrier est détaillé ici. La production devait commencer en 2022 mais le projet a fait l’objet d’un débat public en 2018, et spoiler alert, c’était tendu. Chacun a campé sur ses positions (les conclusions p.78 sont pépites). En mai 2019, le gouvernement annonce officiellement que le projet est abandonné, mais cette annonce n’a aucune valeur légale. Et le recours du gouvernement annoncé hier n’est qu’une étape dans la bataille judiciaire autour du projet. Bref, c’est pas réglé.

Et qui est pour / contre ?
Emmanuel Macron a d’abord été pour, puis contre. Aujourd’hui, le gouvernement s’y oppose. Globalement les organisations patronales y sont favorables et les assos environnementales y sont opposées. Sur place, les élus sont partagés, mais les assos autochtones sont clairement contre. Bref, le débat est mouvementé.

Capiche, et donc la critique c’est le risque écologique.
Yep. En (très) gros : destruction d'habitat, appauvrissement de la faune aquatique, déboisement de 7 hectares de forêt primaire, dérangement des oiseaux et des mammifères, érosion, pollution de l’eau au mercure, au cyanure, dérivation des cours d’eau, etc. Et ce, sans compter les travaux qu’il faudrait faire pour construire et faire fonctionner la mine : 120Km de route, un barrage hydroélectrique et des besoins énergétiques équivalents à ce que consomme Cayenne. Au total, le projet doublerait l’empreinte carbone de la Guyane.

Et avec ceci ?
Il y a d’autres critiques. Pour l’ONG environnementale, WWF, le projet ne serait rentable que parce qu’il est massivement subventionné. En effet, le système fiscal français subventionne directement le projet pour un montant total de 420 millions d'€, selon le WWF. L’ONG demande à ce que ces pépettes aillent à d’autres projets que celui-ci, qu’il qualifie de « désastre écologique et mirage économique ».

Justement, l’enjeu économique, c’est ?
Sur cette partie du territoire guyanais, le chômage oscille entre 22 et 34%. Et la Compagnie Montagne d’or promet 750 emplois directs et 3000 indirects, ainsi qu’une contribution de plus de 420 millions d'€ de taxes et impôts. Pour la Compagnie, les recettes sont estimées entre 4 et 12 milliards d’€ et des résultats nets après impôts entre 300 millions et 600 millions d’€, soit une valeur dans la moyenne des opérations minières de ce type.

Découvrir la Quotidienne de Voxe