Le 1er avril 2001, les Pays-Bas devenaient le 1er pays du monde à légaliser le mariage homosexuel.

Etat des lieux du mariage gay dans le monde en 2021

Droits humains
Par
L'équipe Voxe
Le
2/4/21

Le 1er avril 2001, les Pays-Bas devenaient le 1er pays du monde à légaliser le mariage homosexuel.

Rembobine Kathryn, c'était quoi la situation à l'époque ?
Il y a 20 ans le mariage homosexuel était illégal partout sur la planète, depuis, il est autorisé dans 29 pays peuplés d’1,2 milliard d’habitants, soit 15,4% de la population mondiale. La plupart de ces pays reconnaissent aussi l’homoparentalité et l’adoption. En revanche, seule l’Église de Suède célèbre le mariage religieux de même sexe. A contrario, l’homosexualité reste interdite dans 69 États. Si les progrès sont réels - l’homosexualité était considérée comme un trouble mental jusqu’en 1990 par l’Organisation mondiale de la Santé - les situations sont disparates selon les régions du monde.

Aké, fais moi le tableau.
À gros traits, en 20 ans, la plupart des pays occidentaux d'Europe et d'Amérique du Nord, mais aussi Taïwan et l’Afrique du Sud, ont reconnu le mariage entre personnes de même sexe. En Europe, 6 pays font exception : la Bulgarie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie. Aux US, la Cour Suprême l’étend sur tout le territoire en 2015, quand 14 États du territoire l’interdisaient encore. Sur le continent africain, l’homosexualité reste interdite dans une trentaine de pays. Le Moyen-Orient est sur la même ligne et Israël est ambigu : les homosexuels ne peuvent pas s'y marier mais les mariages établis à l’étranger sont reconnus.

Et ailleurs ?
Hormis Taïwan, l’Asie est à la traîne. Au Japon un tribunal a jugé il y a quelques jours que le refus de mariage aux couples de même sexe était inconstitutionnel. C’est la 1ère fois, et cela ouvre la voie à sa reconnaissance. À l’inverse, la Russie va jusqu’à criminaliser la « propagande des relations non-traditionnelles pour les mineurs ».  En 2018, le Costa Rica devient le 1er pays d’Amérique centrale à légaliser le mariage gay. En Amérique latine, le Mexique, l’Argentine, le Brésil, la Colombie, le Pérou et l’Uruguay le reconnaissent aussi.

Comment on explique ces différences ?
La reconnaissance des droits homosexuels est clairement liée à la richesse, au niveau de développement des pays ainsi qu’au niveau des libertés en général : quand il y a une restriction des libertés d’expression ou de rassemblement par exemple, celles des homosexuels rentrent dans le package. L’influence de la religion sur la politique explique également ces divergences régionales.

Et en France ?
La loi instaurant le mariage gay, portée par Christiane Taubira - alors ministre de la Justice sous François Hollande - est adoptée le 17 mai 2013, après avoir été jugée conforme par le Conseil constitutionnel. Elle donne la possibilité aux couples d’hommes et de femmes de contracter un mariage civil auparavant réservé à un homme et une femme. Depuis 1999, les couples homos et hétéros avaient le droit de se pacser mais celui-ci n’offre pas les mêmes garanties que le mariage. Le premier mariage gay est célébré le 29 mai 2013 à Montpellier.

Et alors, depuis, il y a eu beaucoup de mariages ?
En 2013, on compte 7367 mariages gays en France pour 231 225 mariages hétéros la même année. 2014 connaît un petit boom avec 10 522 mariages homos célébrés et les années suivantes, le chiffre se stabilise autour de 7000 mariages gays par an. L’année 2020 est marquée par la pandémie avec 155 000 mariages célébrés au total - presque 100 000 de moins qu'une année classique - dont 5000 pour des personnes de même sexe.

Oké, et outre le mariage, on en est où ?
Si la planète est encore divisée sur le sujet, l’homosexualité est de mieux en mieux acceptée à travers le monde. Par exemple, entre 2002 et 2019, la proportion de Canadiens qui pensent que l’homosexualité doit être acceptée par la société est passée de 69 à 85%, de 51 à 72% pour les Américains et  de 66 à 76% pour les Argentins. Aussi, selon cette étude américaine, la légalisation du mariage gay fait reculer les préjugés : pour un million de personnes interrogées aux US entre 2005 et 2016, les préjugés homophobes ont diminué deux fois plus vite après l’adoption de la loi. Quand à l’adoption pour les couples de même sexe, elle est maintenant légale dans 27 pays du monde.

Et en France ?
Selon un sondage de 2016, 63 % des Français voyaient les parents homosexuels comme “une famille à part entière”, soit une hausse de 2% en 2 ans. Mais la situation est bien loin d’être parfaite, SOS Homophobie, qui publie un rapport sur le sujet depuis 1997, a constaté en 2020, une hausse de 26% des témoignages de victimes d’homophobie. C’est l’un des chiffres les plus élevé depuis la création de l’asso.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Le 1er avril 2001, les Pays-Bas devenaient le 1er pays du monde à légaliser le mariage homosexuel.

Rembobine Kathryn, c'était quoi la situation à l'époque ?
Il y a 20 ans le mariage homosexuel était illégal partout sur la planète, depuis, il est autorisé dans 29 pays peuplés d’1,2 milliard d’habitants, soit 15,4% de la population mondiale. La plupart de ces pays reconnaissent aussi l’homoparentalité et l’adoption. En revanche, seule l’Église de Suède célèbre le mariage religieux de même sexe. A contrario, l’homosexualité reste interdite dans 69 États. Si les progrès sont réels - l’homosexualité était considérée comme un trouble mental jusqu’en 1990 par l’Organisation mondiale de la Santé - les situations sont disparates selon les régions du monde.

Aké, fais moi le tableau.
À gros traits, en 20 ans, la plupart des pays occidentaux d'Europe et d'Amérique du Nord, mais aussi Taïwan et l’Afrique du Sud, ont reconnu le mariage entre personnes de même sexe. En Europe, 6 pays font exception : la Bulgarie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie. Aux US, la Cour Suprême l’étend sur tout le territoire en 2015, quand 14 États du territoire l’interdisaient encore. Sur le continent africain, l’homosexualité reste interdite dans une trentaine de pays. Le Moyen-Orient est sur la même ligne et Israël est ambigu : les homosexuels ne peuvent pas s'y marier mais les mariages établis à l’étranger sont reconnus.

Et ailleurs ?
Hormis Taïwan, l’Asie est à la traîne. Au Japon un tribunal a jugé il y a quelques jours que le refus de mariage aux couples de même sexe était inconstitutionnel. C’est la 1ère fois, et cela ouvre la voie à sa reconnaissance. À l’inverse, la Russie va jusqu’à criminaliser la « propagande des relations non-traditionnelles pour les mineurs ».  En 2018, le Costa Rica devient le 1er pays d’Amérique centrale à légaliser le mariage gay. En Amérique latine, le Mexique, l’Argentine, le Brésil, la Colombie, le Pérou et l’Uruguay le reconnaissent aussi.

Comment on explique ces différences ?
La reconnaissance des droits homosexuels est clairement liée à la richesse, au niveau de développement des pays ainsi qu’au niveau des libertés en général : quand il y a une restriction des libertés d’expression ou de rassemblement par exemple, celles des homosexuels rentrent dans le package. L’influence de la religion sur la politique explique également ces divergences régionales.

Et en France ?
La loi instaurant le mariage gay, portée par Christiane Taubira - alors ministre de la Justice sous François Hollande - est adoptée le 17 mai 2013, après avoir été jugée conforme par le Conseil constitutionnel. Elle donne la possibilité aux couples d’hommes et de femmes de contracter un mariage civil auparavant réservé à un homme et une femme. Depuis 1999, les couples homos et hétéros avaient le droit de se pacser mais celui-ci n’offre pas les mêmes garanties que le mariage. Le premier mariage gay est célébré le 29 mai 2013 à Montpellier.

Et alors, depuis, il y a eu beaucoup de mariages ?
En 2013, on compte 7367 mariages gays en France pour 231 225 mariages hétéros la même année. 2014 connaît un petit boom avec 10 522 mariages homos célébrés et les années suivantes, le chiffre se stabilise autour de 7000 mariages gays par an. L’année 2020 est marquée par la pandémie avec 155 000 mariages célébrés au total - presque 100 000 de moins qu'une année classique - dont 5000 pour des personnes de même sexe.

Oké, et outre le mariage, on en est où ?
Si la planète est encore divisée sur le sujet, l’homosexualité est de mieux en mieux acceptée à travers le monde. Par exemple, entre 2002 et 2019, la proportion de Canadiens qui pensent que l’homosexualité doit être acceptée par la société est passée de 69 à 85%, de 51 à 72% pour les Américains et  de 66 à 76% pour les Argentins. Aussi, selon cette étude américaine, la légalisation du mariage gay fait reculer les préjugés : pour un million de personnes interrogées aux US entre 2005 et 2016, les préjugés homophobes ont diminué deux fois plus vite après l’adoption de la loi. Quand à l’adoption pour les couples de même sexe, elle est maintenant légale dans 27 pays du monde.

Et en France ?
Selon un sondage de 2016, 63 % des Français voyaient les parents homosexuels comme “une famille à part entière”, soit une hausse de 2% en 2 ans. Mais la situation est bien loin d’être parfaite, SOS Homophobie, qui publie un rapport sur le sujet depuis 1997, a constaté en 2020, une hausse de 26% des témoignages de victimes d’homophobie. C’est l’un des chiffres les plus élevé depuis la création de l’asso.

Découvrir la Quotidienne de Voxe