La santé mentale est sur la to-do du gouv.

France
Par
L'équipe Voxe
Le
29/9/21

🗞 EN THÉRAPIE

Ce qu'il se passe.
La santé mentale est sur la to-do du gouv.

Rembobine Eileen, pourquoi maintenant ?
Le sujet est remonté en haut de la pile quand l’épidémie a créé de la souffrance psychique chez pas mal d’entre nous. Le gouvernement a donc organisé une réunion de pros, d’experts, de patients, de familles - aka les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie - lundi et mardi pour 1/ faire le bilan et 2/ définir des solutions.

Tu veux dire quoi par "santé mentale" ?
Pour l’OMS - la branche santé de l’ONU - la santé, c’est “un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité”. Concrètement : ne pas être malade ne suffit pas pour aller bien. La santé mentale, c’est donc un bien-être général qui permet aux êtres humains de se réaliser et de s’épanouir.

Ça concerne qui ?
Chaque année, ça concerne 12 millions de Français et 1 personne sur 6 en Europe. Sur notre continent, les maladies mentales les plus fréquentes sont l’anxiété, la dépression, et plus rarement les troubles bipolaires, puis la schizophrénie. Sachant que les Français pensent plus au suicide et sont plus anxieux depuis l’épidémie, et que le sujet est encore souvent tabou.

Avec quelles conséquences ?
En France, on pense que les maladies mentales causent 10% des décès annuels. Et c’est sans compter les galères à l’école, au travail, une moins bonne santé physique et la souffrance que ces maladies peuvent provoquer chez les proches aussi.

Chaud. Autre chose ?
Oui, la mauvaise santé mentale coûterait 4% des richesses produites (PIB) chaque année en Europe. En France, si l’on compare aux autres pathologies comme les cancers ou les maladies cardio-vasculaires, les maladies mentales représentent la première dépense du régime général de la Sécu (celui des salariés).

Et comment on soigne aujourd'hui ?
A priori, on est pas encore à la pointe. On a retenu 3 grandes galères/ critiques : 1/ L’hôpital public manque de moyens et des dizaines de milliers de lits ont fermé depuis 10 ans. 2/ Une approche trop sanitaire quand les malades ont aussi besoin d’aide pour se loger, avoir une vie sociale, être autonomes, etc. 3/ Un manque de sexyness du métier : 30% des postes de psychiatres cherchent preneurs.

C'est quoi les solutions ?
Juste avant les Assises, le gouv a annoncé un numéro national gratuit de prévention du suicide dispo dès le 1er octobre. Et pour les clôturer, le président Macron a annoncé le remboursement de 30 à 40€ des consultations de psychologues prescrites par un médecin, et la création de 800 postes dans le secteur. Le tout à partir de 2022.

Psst. Si t'es lost in translation dans la diff entre psychiatre, psychologue et psychanalyste, réponse ici.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

🗞 EN THÉRAPIE

Ce qu'il se passe.
La santé mentale est sur la to-do du gouv.

Rembobine Eileen, pourquoi maintenant ?
Le sujet est remonté en haut de la pile quand l’épidémie a créé de la souffrance psychique chez pas mal d’entre nous. Le gouvernement a donc organisé une réunion de pros, d’experts, de patients, de familles - aka les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie - lundi et mardi pour 1/ faire le bilan et 2/ définir des solutions.

Tu veux dire quoi par "santé mentale" ?
Pour l’OMS - la branche santé de l’ONU - la santé, c’est “un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité”. Concrètement : ne pas être malade ne suffit pas pour aller bien. La santé mentale, c’est donc un bien-être général qui permet aux êtres humains de se réaliser et de s’épanouir.

Ça concerne qui ?
Chaque année, ça concerne 12 millions de Français et 1 personne sur 6 en Europe. Sur notre continent, les maladies mentales les plus fréquentes sont l’anxiété, la dépression, et plus rarement les troubles bipolaires, puis la schizophrénie. Sachant que les Français pensent plus au suicide et sont plus anxieux depuis l’épidémie, et que le sujet est encore souvent tabou.

Avec quelles conséquences ?
En France, on pense que les maladies mentales causent 10% des décès annuels. Et c’est sans compter les galères à l’école, au travail, une moins bonne santé physique et la souffrance que ces maladies peuvent provoquer chez les proches aussi.

Chaud. Autre chose ?
Oui, la mauvaise santé mentale coûterait 4% des richesses produites (PIB) chaque année en Europe. En France, si l’on compare aux autres pathologies comme les cancers ou les maladies cardio-vasculaires, les maladies mentales représentent la première dépense du régime général de la Sécu (celui des salariés).

Et comment on soigne aujourd'hui ?
A priori, on est pas encore à la pointe. On a retenu 3 grandes galères/ critiques : 1/ L’hôpital public manque de moyens et des dizaines de milliers de lits ont fermé depuis 10 ans. 2/ Une approche trop sanitaire quand les malades ont aussi besoin d’aide pour se loger, avoir une vie sociale, être autonomes, etc. 3/ Un manque de sexyness du métier : 30% des postes de psychiatres cherchent preneurs.

C'est quoi les solutions ?
Juste avant les Assises, le gouv a annoncé un numéro national gratuit de prévention du suicide dispo dès le 1er octobre. Et pour les clôturer, le président Macron a annoncé le remboursement de 30 à 40€ des consultations de psychologues prescrites par un médecin, et la création de 800 postes dans le secteur. Le tout à partir de 2022.

Psst. Si t'es lost in translation dans la diff entre psychiatre, psychologue et psychanalyste, réponse ici.

Découvrir la Quotidienne de Voxe