La France a rapatrié ses ambassadeurs auprès de l’Australie et des US.

France
Par
L'équipe Voxe
Le
20/9/21

🗞 FRANCE IS FURIOUS

Ce qu'il se passe.
La France a rapatrié ses ambassadeurs auprès de l’Australie et des US.

Rembobine, Lynn, like what ?!
Il faut remonter jusqu’à jeudi dernier pour comprendre : l’Australie a annulé une gigantesque commande de sous-marins avec la France pour la remplacer par un contrat avec les US. Conclue en 2016, cette commande militaire était la plus importante jamais faite en Europe. Sachant que l'Australie et les US sont ses alliés historiques, la France est supra vexée et parle d’un “coup dans le dos”. Résultat, vendredi, elle a rappelé ses ambassadeurs à Paris “pour consultation” - comprendre : on est très énervé et on va essayer de comprendre ce qui a buggé. C’est la 1ère fois que la France rappelle ces 2 ambassadeurs.

Wow, c'était quoi ce contrat ?
Une commande qui aurait rapporté 8 milliards d’€ à l’industriel français Naval Group et lui aurait permis de payer plus de 500 salariés français jusqu’en 2040. L’entreprise, détenue en majorité par l’État français, devait construire 12 sous-marins de défense à moteurs diesel-électrique. Mais le contrat traînait depuis plusieurs années, le prix de la commande a flambé en cours de négo - de 32 à 56 milliards € - et l’Australie a revu ses besoins. Finalement, il lui faut des sous-marins à propulsion nucléaire - ce que la France produit mais ne commercialise pas pour rester boss de sa techno - plus autonomes sous l’eau, plus résistants et plus difficilement repérables. Ça tombe bien, les US ont ça dans leur portfolio. Et comme ça arrange à la fois les US et l’Australie de se rapprocher, le deal avec la France est passé à la trappe.

Comment ça, ça les arrange ?
En fait, l’Australie est située dans l’Indo-Pacifique, une zone qui regroupe les pays bordant les océans Indien et Pacifique, dont la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Corée du Sud ou le Japon par exemple. Ces pays sont de plus en plus riches et dynamiques, ce qui fait que la région est très convoitée : elle génère près de 40% de la richesse mondiale, et pourrait en représenter plus de 50% d’ici 2040. Logiquement, non seulement les pays qui en sont issus veulent prendre le lead sur la zone, mais en plus, le reste du monde a intérêt à y avoir de solides alliés.

Je vois, et donc qui a le lead aujourd'hui ?
Depuis une dizaine d’années, la Chine tente de renforcer sa supériorité dans cette région, notamment vis-à-vis de l’Australie. Ainsi, les Chinois signent des contrats très importants avec les autres pays du coin comme les Philippines ou le Bangladesh et leur offrent des prêts énormes à des prix avantageux. En parallèle, ils y augmentent leurs dépenses militaires et montrent qu’ils sont les patrons en violant les règles internationales du droit de la mer. Ça ne plaît pas trop à l’Australie et leurs relations sont tendues : par ex, la Chine impose des sanctions commerciales à l’Australie depuis 2018 et, inversement, cette dernière a refusé la 5G de la chinoise Huawei et demandé une enquête sur les origines du Covid à Pékin.  

Et c'est pour ça que l'Australie cherche des alliés.
Oui, et elle n'est pas la seule, le monde entier veut peser dans la région, et particulièrement les US qui ont besoin de contenir la puissance chinoise montante. Et c’est pour ça que, mercredi - la veille de l’annulation donc -, Australie + UK+ US (= AUKUS (pocus !)), ont signé une nouvelle alliance militaire en Indo-Pacifique. Et cette alliance comprenait le partage de la techno des sous-marins.  

Ça va loin mais, ça y est, je l'ai !
Et c’est pas tout, pour vraiment bien comprendre la colère de la France, il faut aussi avoir en tête que l’Europe est le 1er partenaire commercial de la zone Indo-Pacifique​​ : 70% des biens et services échangés dans le monde le sont entre ces 2 régions, c’est colossal. Donc, la France a aussi cet intérêt commercial qui est un peu bafoué par le revirement australien. Et diplomatiquement, se faire annuler son contrat alors qu’on cherche à se positionner comme puissance qui pèse mondialement, et pionnier de l’armement, c’est un peu comme se faire punir par la maîtresse devant toute la classe : ça fait pas mal mais ça énerve.

C'est sûr, et pour la suite ?
Économiquement, la France et Naval Group en particulier vont s’en sortir - surtout que l’Australie devra les indemniser - mais diplomatiquement, on ne sait pas bien encore comment les choses peuvent évoluer : Paris pourrait décider de garder ses ambassadeurs à la maison pour quelques jours, quelques semaines, voire des années pour signifier son mécontentement. Pour l’instant, les experts pensent que c’est improbable qu’on arrive jusqu’à une “vraie” rupture des relations diplomatiques avec fermeture complète des ambassades.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

🗞 FRANCE IS FURIOUS

Ce qu'il se passe.
La France a rapatrié ses ambassadeurs auprès de l’Australie et des US.

Rembobine, Lynn, like what ?!
Il faut remonter jusqu’à jeudi dernier pour comprendre : l’Australie a annulé une gigantesque commande de sous-marins avec la France pour la remplacer par un contrat avec les US. Conclue en 2016, cette commande militaire était la plus importante jamais faite en Europe. Sachant que l'Australie et les US sont ses alliés historiques, la France est supra vexée et parle d’un “coup dans le dos”. Résultat, vendredi, elle a rappelé ses ambassadeurs à Paris “pour consultation” - comprendre : on est très énervé et on va essayer de comprendre ce qui a buggé. C’est la 1ère fois que la France rappelle ces 2 ambassadeurs.

Wow, c'était quoi ce contrat ?
Une commande qui aurait rapporté 8 milliards d’€ à l’industriel français Naval Group et lui aurait permis de payer plus de 500 salariés français jusqu’en 2040. L’entreprise, détenue en majorité par l’État français, devait construire 12 sous-marins de défense à moteurs diesel-électrique. Mais le contrat traînait depuis plusieurs années, le prix de la commande a flambé en cours de négo - de 32 à 56 milliards € - et l’Australie a revu ses besoins. Finalement, il lui faut des sous-marins à propulsion nucléaire - ce que la France produit mais ne commercialise pas pour rester boss de sa techno - plus autonomes sous l’eau, plus résistants et plus difficilement repérables. Ça tombe bien, les US ont ça dans leur portfolio. Et comme ça arrange à la fois les US et l’Australie de se rapprocher, le deal avec la France est passé à la trappe.

Comment ça, ça les arrange ?
En fait, l’Australie est située dans l’Indo-Pacifique, une zone qui regroupe les pays bordant les océans Indien et Pacifique, dont la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Corée du Sud ou le Japon par exemple. Ces pays sont de plus en plus riches et dynamiques, ce qui fait que la région est très convoitée : elle génère près de 40% de la richesse mondiale, et pourrait en représenter plus de 50% d’ici 2040. Logiquement, non seulement les pays qui en sont issus veulent prendre le lead sur la zone, mais en plus, le reste du monde a intérêt à y avoir de solides alliés.

Je vois, et donc qui a le lead aujourd'hui ?
Depuis une dizaine d’années, la Chine tente de renforcer sa supériorité dans cette région, notamment vis-à-vis de l’Australie. Ainsi, les Chinois signent des contrats très importants avec les autres pays du coin comme les Philippines ou le Bangladesh et leur offrent des prêts énormes à des prix avantageux. En parallèle, ils y augmentent leurs dépenses militaires et montrent qu’ils sont les patrons en violant les règles internationales du droit de la mer. Ça ne plaît pas trop à l’Australie et leurs relations sont tendues : par ex, la Chine impose des sanctions commerciales à l’Australie depuis 2018 et, inversement, cette dernière a refusé la 5G de la chinoise Huawei et demandé une enquête sur les origines du Covid à Pékin.  

Et c'est pour ça que l'Australie cherche des alliés.
Oui, et elle n'est pas la seule, le monde entier veut peser dans la région, et particulièrement les US qui ont besoin de contenir la puissance chinoise montante. Et c’est pour ça que, mercredi - la veille de l’annulation donc -, Australie + UK+ US (= AUKUS (pocus !)), ont signé une nouvelle alliance militaire en Indo-Pacifique. Et cette alliance comprenait le partage de la techno des sous-marins.  

Ça va loin mais, ça y est, je l'ai !
Et c’est pas tout, pour vraiment bien comprendre la colère de la France, il faut aussi avoir en tête que l’Europe est le 1er partenaire commercial de la zone Indo-Pacifique​​ : 70% des biens et services échangés dans le monde le sont entre ces 2 régions, c’est colossal. Donc, la France a aussi cet intérêt commercial qui est un peu bafoué par le revirement australien. Et diplomatiquement, se faire annuler son contrat alors qu’on cherche à se positionner comme puissance qui pèse mondialement, et pionnier de l’armement, c’est un peu comme se faire punir par la maîtresse devant toute la classe : ça fait pas mal mais ça énerve.

C'est sûr, et pour la suite ?
Économiquement, la France et Naval Group en particulier vont s’en sortir - surtout que l’Australie devra les indemniser - mais diplomatiquement, on ne sait pas bien encore comment les choses peuvent évoluer : Paris pourrait décider de garder ses ambassadeurs à la maison pour quelques jours, quelques semaines, voire des années pour signifier son mécontentement. Pour l’instant, les experts pensent que c’est improbable qu’on arrive jusqu’à une “vraie” rupture des relations diplomatiques avec fermeture complète des ambassades.

Découvrir la Quotidienne de Voxe