KAMOULOX

International
Par
L'équipe Voxe
Le
29/6/22

Ce qu'il se passe.
Le Président turc a changé d'avis.

Rembobine Emine, sur quoi ?
On te fait un previsously. Épisode 0 : début 2022, la Russie menace d’envahir l’Ukraine si elle rejoint l’OTAN, l’alliance militaire US-Europe créée pour se défendre de l’URSS. Épisode 1 : 24 février, la Russie envahit l’Ukraine. Épisode 2 : le 13 avril, la Suède et la Finlande, voisines de la Russie, annoncent qu’elles veulent rejoindre l’OTAN, car elles flippent de subir le même sort que l'Ukraine. Épisode 3 : le président turc, Recep Tayyip Erdogan, membre de l'OTAN, bloque illico leur entrée dans le club. Episode 4, hier soir, retournement de situation, il valide finalement leur intégration au sommet de l’OTAN à Madrid.

Capiche. Pourquoi il refusait ?
Pour soigner sa street cred. La Turquie est en grave crise économique depuis plus d’1 an, et son opposition l’accuse d’en être responsable. Or la présidentielle turque aura lieu en juin 2023.

Et donc ?
Le Président turc a misé sur la diplomatie pour redorer son blason interne. En s’opposant aux US - qui, eux, comme l’ensemble des membres, soutiennent l’entrée des Scandinaves dans l’OTAN -,  il soigne son image car 48 % des Turcs estiment que les US sont responsables de la guerre en Ukraine.

Donc Turquie + Russie = ❤️ ?
C’est pas si simple, mais la Turquie dépend de la Russie pour son énergie, qui lui fournit 45 % de son gaz, et aussi pour tenir à distance ses ennemis Kurdes.

Qu'est-ce qu'ils viennent faire là-dedans ?
Back to 2011: le Printemps arabe syrien se transforme en rébellion armée contre le régime du dictateur Bachar el-Assad, qui réprime violemment les manifs. En 2014, le conflit s’envenime avec l’entrée dans le tableau de l’État islamique (EI) qui veut y installer en partie son califat.

Je me souviens.
Les Américains s’allient alors avec les Kurdes pour lutter contre l’EI sur place. Puis, en septembre 2015, la Russie vient soutenir Bachar el-Assad. Depuis, celui-ci a remporté la victoire militaire, et le pays est dévasté.

Et le rapport avec la Turquie ?
Les Kurdes vivent notamment à cheval entre la Syrie et la Turquie. Alliés des Américains, ils sont les ennemis de Bachar el-Assad mais aussi de Recep Tayyip Erdogan, qui craint que ceux qui n’ont jamais eu d’État en créent un qui empiète sur ses plates-bandes. Erdogan a donc besoin de la Russie pour les tenir à distance.

Pourquoi il a changé d'avis ?
Pour l'instant, la réponse est dans les secrets diplomatiques, ce qu'on sait, c'est que le président turc aime jouer l'ambiguïté surement pour essayer de gagner sur tous les tableaux.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Le Président turc a changé d'avis.

Rembobine Emine, sur quoi ?
On te fait un previsously. Épisode 0 : début 2022, la Russie menace d’envahir l’Ukraine si elle rejoint l’OTAN, l’alliance militaire US-Europe créée pour se défendre de l’URSS. Épisode 1 : 24 février, la Russie envahit l’Ukraine. Épisode 2 : le 13 avril, la Suède et la Finlande, voisines de la Russie, annoncent qu’elles veulent rejoindre l’OTAN, car elles flippent de subir le même sort que l'Ukraine. Épisode 3 : le président turc, Recep Tayyip Erdogan, membre de l'OTAN, bloque illico leur entrée dans le club. Episode 4, hier soir, retournement de situation, il valide finalement leur intégration au sommet de l’OTAN à Madrid.

Capiche. Pourquoi il refusait ?
Pour soigner sa street cred. La Turquie est en grave crise économique depuis plus d’1 an, et son opposition l’accuse d’en être responsable. Or la présidentielle turque aura lieu en juin 2023.

Et donc ?
Le Président turc a misé sur la diplomatie pour redorer son blason interne. En s’opposant aux US - qui, eux, comme l’ensemble des membres, soutiennent l’entrée des Scandinaves dans l’OTAN -,  il soigne son image car 48 % des Turcs estiment que les US sont responsables de la guerre en Ukraine.

Donc Turquie + Russie = ❤️ ?
C’est pas si simple, mais la Turquie dépend de la Russie pour son énergie, qui lui fournit 45 % de son gaz, et aussi pour tenir à distance ses ennemis Kurdes.

Qu'est-ce qu'ils viennent faire là-dedans ?
Back to 2011: le Printemps arabe syrien se transforme en rébellion armée contre le régime du dictateur Bachar el-Assad, qui réprime violemment les manifs. En 2014, le conflit s’envenime avec l’entrée dans le tableau de l’État islamique (EI) qui veut y installer en partie son califat.

Je me souviens.
Les Américains s’allient alors avec les Kurdes pour lutter contre l’EI sur place. Puis, en septembre 2015, la Russie vient soutenir Bachar el-Assad. Depuis, celui-ci a remporté la victoire militaire, et le pays est dévasté.

Et le rapport avec la Turquie ?
Les Kurdes vivent notamment à cheval entre la Syrie et la Turquie. Alliés des Américains, ils sont les ennemis de Bachar el-Assad mais aussi de Recep Tayyip Erdogan, qui craint que ceux qui n’ont jamais eu d’État en créent un qui empiète sur ses plates-bandes. Erdogan a donc besoin de la Russie pour les tenir à distance.

Pourquoi il a changé d'avis ?
Pour l'instant, la réponse est dans les secrets diplomatiques, ce qu'on sait, c'est que le président turc aime jouer l'ambiguïté surement pour essayer de gagner sur tous les tableaux.