JOUR NUIT

Energie
Par
L'équipe Voxe
Le
21/1/22

Ce qu'il se passe.
Les prix de l'électricité grimpent.

Rembobine Lauréline, c'est-à-dire ?
Fin décembre 2020, sur les marchés européens, le mégawattheure (MWh) coûtait 40 €. Un an plus tard, il en vaut 365. Or, entre l’inflation - la hausse des prix - et le pouvoir d’achat qui devient un sujet clé de la présidentielle, le gouv veut limiter la hausse du prix de l’élec à + 4 % (vs les + 44,5 % que les prix auraient pu prendre dès février).

Atta, refais-moi le tableau.
Électrique ? (pardon). En France, l’électricité vient à + de 70 % du nucléaire, le reste, des énergies fossiles et renouvelables. Depuis 2007, le marché est ouvert à la concurrence et 2 offres coexistent : les tarifs réglementés par le gouv et proposés par EDF, notre fournisseur historique, et les offres de marché librement fixées par tous les fournisseurs. Malgré cette ouverture, en 2019, EDF fournit encore 79 % des particuliers.

Comment on calcule le prix ?
Si tu décomposes le prix de l’électricité, c’est : prix du transport + prix de l’énergie + taxes. Le prix de l’énergie varie en fonction de la dispo des moyens de production, de la demande et du prix des autres énergies. Oui, car on mixe les énergies - nucléaire, charbon, gaz, renouvelable, etc. - pour répondre à la demande. Or, le prix de l’électricité est indexé sur le coût de la dernière énergie qu’on a actionnée pour répondre à la demande. Si on lance une centrale à gaz, le prix de l’électricité s’indexe sur le prix du gaz. Version chic, ça s’appelle le coût marginal.

Classe. Et donc ça augmente ?
Oui, déjà, la reprise économique post-confifi de 2020 fait grimper la demande et donc les prix des énergies en général. Or, comme ces prix sont connectés, ça fait augmenter l’électricité. Aussi, 14 réacteurs nucléaires sur 56 sont aujourd'hui à l'arrêt pour maintenance, donc la France produit moins, donc on est obligés d’acheter plus cher ailleurs.

Et comment on contient ça ?
D’abord, le gouv a baissé la taxe sur le prix de l’électricité, ce qui crée un manque à gagner de 8 milliards €. Il a demandé à EDF de vendre son électricité moins cher aux autres fournisseurs. Cet effort représente aussi environ 8 milliards €. Mais si la hausse se poursuit, il sera difficile de la contenir durablement, car ça coûte cher cette histoire.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Les prix de l'électricité grimpent.

Rembobine Lauréline, c'est-à-dire ?
Fin décembre 2020, sur les marchés européens, le mégawattheure (MWh) coûtait 40 €. Un an plus tard, il en vaut 365. Or, entre l’inflation - la hausse des prix - et le pouvoir d’achat qui devient un sujet clé de la présidentielle, le gouv veut limiter la hausse du prix de l’élec à + 4 % (vs les + 44,5 % que les prix auraient pu prendre dès février).

Atta, refais-moi le tableau.
Électrique ? (pardon). En France, l’électricité vient à + de 70 % du nucléaire, le reste, des énergies fossiles et renouvelables. Depuis 2007, le marché est ouvert à la concurrence et 2 offres coexistent : les tarifs réglementés par le gouv et proposés par EDF, notre fournisseur historique, et les offres de marché librement fixées par tous les fournisseurs. Malgré cette ouverture, en 2019, EDF fournit encore 79 % des particuliers.

Comment on calcule le prix ?
Si tu décomposes le prix de l’électricité, c’est : prix du transport + prix de l’énergie + taxes. Le prix de l’énergie varie en fonction de la dispo des moyens de production, de la demande et du prix des autres énergies. Oui, car on mixe les énergies - nucléaire, charbon, gaz, renouvelable, etc. - pour répondre à la demande. Or, le prix de l’électricité est indexé sur le coût de la dernière énergie qu’on a actionnée pour répondre à la demande. Si on lance une centrale à gaz, le prix de l’électricité s’indexe sur le prix du gaz. Version chic, ça s’appelle le coût marginal.

Classe. Et donc ça augmente ?
Oui, déjà, la reprise économique post-confifi de 2020 fait grimper la demande et donc les prix des énergies en général. Or, comme ces prix sont connectés, ça fait augmenter l’électricité. Aussi, 14 réacteurs nucléaires sur 56 sont aujourd'hui à l'arrêt pour maintenance, donc la France produit moins, donc on est obligés d’acheter plus cher ailleurs.

Et comment on contient ça ?
D’abord, le gouv a baissé la taxe sur le prix de l’électricité, ce qui crée un manque à gagner de 8 milliards €. Il a demandé à EDF de vendre son électricité moins cher aux autres fournisseurs. Cet effort représente aussi environ 8 milliards €. Mais si la hausse se poursuit, il sera difficile de la contenir durablement, car ça coûte cher cette histoire.