Il y a 35 ans, la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait.

Quel est le bilan de l'explosion de Tchernoby en 1986 ?

Energie
Par
L'équipe Voxe
Le
26/4/21

Rembobine Aline, c'est ?
Un accident nucléaire majeur. Le 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, située à 120 km de Kiev en Ukraine, membre de l’URSS à l’époque, explose. Un test de sûreté tourne mal. Résultat, 2 grosses explosions ont lieu à 1h24 du matin, environ 40-60 secondes après le début du test. Selon les témoins, la 1ère provoque un incendie rouge et la 2ème a un feu bleu clair suivi d’un nuage en forme de champignon.

Tout le monde a été évacué direct ?
Les 50 000 habitants de la ville de Pripyat, à 3km de la centrale, ne sont évacués que le lendemain dans l’après-midi. Ils doivent prendre le strict nécessaire et laisser leurs animaux de compagnie. En 3h, la ville est vide, mais ils ont tous été exposés à des rayonnements 1000x supérieurs aux niveaux naturels, mettant leur santé en danger. Les autres villages sont ensuite évacués jusqu'à début mai. En tout, 250 000 personnes sont envoyées vivre en Ukraine, en Russie et en Biélorussie. Aujourd'hui, la ville est abandonnée mais des dizaines de milliers de visiteurs du monde entier viennent visiter le site.

Ça a eu des conséquences ailleurs ?
2 jours après la cata, la Suède détecte des niveaux de radioactivité anormalement élevés dans l’air. L’URSS s’était tue. Un nuage radioactif commence à se déplacer vers l’Europe. En 10 jours, il traverse presque tout le continent, sauf l’Espagne et le Portugal. En France, un bulletin météo du 30 avril 1986 annonce que le pays est protégé par un anticyclone barrant la route au nuage. Quelques jours après, le gouv finit par reconnaître la hausse de radioactivité, mais affirme que le nuage n’a fait que passer sans laisser de trace. Pourtant, des scientifiques confirment la toxicité des légumes et du lait durant la première semaine du mois de mai 1986.

Je vois, et le bilan santé ?
L’impact de Tchernobyl sur la santé et le nombre de morts font débat. Le problème c’est la façon dont ils seraient comptés : il faut faire la diff entre les personnes exposées à une irradiation aiguë, mortes très rapidement, et celles qui pourraient mourir à cause d’un cancer développé après la consommation d’aliments contaminés par ex. Sauf que pour déterminer les décès par cancer il faudrait suivre chacune des personnes pendant toute leur vie, c’est pourquoi il n’existe que des prédictions.

Donc on a aucun chiffre ?
Ce qui est sûr c’est que 5 000 enfants ou ado à l’époque de l’accident ont développé un cancer de la thyroïde de manière précoce. Environ 50 personnes - les équipes de la centrale et les pompiers sur place -  auraient succombé à une irradiation aigüe - et, à terme, 4000 personnes pourraient mourir. D’autres recherches menées entre 2013 et 2017, montrent qu’une nouvelle génération d’enfants nés bien après 1986 autour de Tchernobyl ont aussi été contaminés. Aujourd’hui, 5 millions de personnes vivent toujours dans les zones de la Biélorussie, de la Russie et de l'Ukraine contaminées par l’explosion.

Et pour l'environnement ?
C’est incertain aussi. Après le départ des habitants, des loups ou encore des chevaux sauvages ont pris possession des lieux, mais certains insectes, oiseaux ou petits mammifères ont disparu. Surtout, les animaux mourraient plus et connaîtraient des mutations génétiques plus importantes. Les radiations sont encore présentes dans les aliments,  l’eau, les parcs et le bois de chauffage.

Ça a eu un impact sur l'utilisation de cette énergie ?
Yep : l’Italie est sortie du nucléaire, un mouvement anti-nucléaire est né en Allemagne, les US ont arrêté de construire de nouvelles centrales, et la catastrophe a décrédibilisé la filière nucléaire soviétique.  Les États ont créé des organisations dédiées à la prévention des accidents et à la préparation à la gestion de crise comme l'Autorité de sûreté nucléaire en France, ou encore des organismes de coopération européens et internationaux.

Et Tchernobyl aujourd'hui ?
La centrale de Tchernobyl a continué de fonctionner jusqu’en 2000, et aujourd’hui elle emploie encore 3000 personnes pour sa surveillance. La Russie, elle, accorde une place de + en + importante à cette énergie : 20 % de sa production électrique est nucléaire et la Russie est le 4eme producteur d’énergie nucléaire dans le monde, après les US, la France et la Chine. Et même si sa part dans le mix électrique mondial est en baisse, le nucléaire reste la 3e source de production d'électricité dans le monde.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Rembobine Aline, c'est ?
Un accident nucléaire majeur. Le 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, située à 120 km de Kiev en Ukraine, membre de l’URSS à l’époque, explose. Un test de sûreté tourne mal. Résultat, 2 grosses explosions ont lieu à 1h24 du matin, environ 40-60 secondes après le début du test. Selon les témoins, la 1ère provoque un incendie rouge et la 2ème a un feu bleu clair suivi d’un nuage en forme de champignon.

Tout le monde a été évacué direct ?
Les 50 000 habitants de la ville de Pripyat, à 3km de la centrale, ne sont évacués que le lendemain dans l’après-midi. Ils doivent prendre le strict nécessaire et laisser leurs animaux de compagnie. En 3h, la ville est vide, mais ils ont tous été exposés à des rayonnements 1000x supérieurs aux niveaux naturels, mettant leur santé en danger. Les autres villages sont ensuite évacués jusqu'à début mai. En tout, 250 000 personnes sont envoyées vivre en Ukraine, en Russie et en Biélorussie. Aujourd'hui, la ville est abandonnée mais des dizaines de milliers de visiteurs du monde entier viennent visiter le site.

Ça a eu des conséquences ailleurs ?
2 jours après la cata, la Suède détecte des niveaux de radioactivité anormalement élevés dans l’air. L’URSS s’était tue. Un nuage radioactif commence à se déplacer vers l’Europe. En 10 jours, il traverse presque tout le continent, sauf l’Espagne et le Portugal. En France, un bulletin météo du 30 avril 1986 annonce que le pays est protégé par un anticyclone barrant la route au nuage. Quelques jours après, le gouv finit par reconnaître la hausse de radioactivité, mais affirme que le nuage n’a fait que passer sans laisser de trace. Pourtant, des scientifiques confirment la toxicité des légumes et du lait durant la première semaine du mois de mai 1986.

Je vois, et le bilan santé ?
L’impact de Tchernobyl sur la santé et le nombre de morts font débat. Le problème c’est la façon dont ils seraient comptés : il faut faire la diff entre les personnes exposées à une irradiation aiguë, mortes très rapidement, et celles qui pourraient mourir à cause d’un cancer développé après la consommation d’aliments contaminés par ex. Sauf que pour déterminer les décès par cancer il faudrait suivre chacune des personnes pendant toute leur vie, c’est pourquoi il n’existe que des prédictions.

Donc on a aucun chiffre ?
Ce qui est sûr c’est que 5 000 enfants ou ado à l’époque de l’accident ont développé un cancer de la thyroïde de manière précoce. Environ 50 personnes - les équipes de la centrale et les pompiers sur place -  auraient succombé à une irradiation aigüe - et, à terme, 4000 personnes pourraient mourir. D’autres recherches menées entre 2013 et 2017, montrent qu’une nouvelle génération d’enfants nés bien après 1986 autour de Tchernobyl ont aussi été contaminés. Aujourd’hui, 5 millions de personnes vivent toujours dans les zones de la Biélorussie, de la Russie et de l'Ukraine contaminées par l’explosion.

Et pour l'environnement ?
C’est incertain aussi. Après le départ des habitants, des loups ou encore des chevaux sauvages ont pris possession des lieux, mais certains insectes, oiseaux ou petits mammifères ont disparu. Surtout, les animaux mourraient plus et connaîtraient des mutations génétiques plus importantes. Les radiations sont encore présentes dans les aliments,  l’eau, les parcs et le bois de chauffage.

Ça a eu un impact sur l'utilisation de cette énergie ?
Yep : l’Italie est sortie du nucléaire, un mouvement anti-nucléaire est né en Allemagne, les US ont arrêté de construire de nouvelles centrales, et la catastrophe a décrédibilisé la filière nucléaire soviétique.  Les États ont créé des organisations dédiées à la prévention des accidents et à la préparation à la gestion de crise comme l'Autorité de sûreté nucléaire en France, ou encore des organismes de coopération européens et internationaux.

Et Tchernobyl aujourd'hui ?
La centrale de Tchernobyl a continué de fonctionner jusqu’en 2000, et aujourd’hui elle emploie encore 3000 personnes pour sa surveillance. La Russie, elle, accorde une place de + en + importante à cette énergie : 20 % de sa production électrique est nucléaire et la Russie est le 4eme producteur d’énergie nucléaire dans le monde, après les US, la France et la Chine. Et même si sa part dans le mix électrique mondial est en baisse, le nucléaire reste la 3e source de production d'électricité dans le monde.

Découvrir la Quotidienne de Voxe