I NEED A DOCTOR

Le gouv se penche sur les déserts médicaux

France
Par
L'équipe Voxe
Le
6/10/22

Ce qu'il se passe.
Le gouv se penche sur les déserts médicaux.

Dis m'en plus, Sirius.
Depuis lundi et jusqu’en janvier, invités par le gouv, des citoyens, des pros de santé et des élus vont discuter partout en France pour essayer de trouver des solutions aux déserts médicaux. Depuis 5 ans, le nombre de médecins généralistes a diminué dans les ¾ des départements français.

Ah oui quand même.
Claro. Résultat : aujourd’hui, 6 millions de Français n’ont pas accès à un médecin traitant, c’est 1 million de plus qu’en 2017. Dans plus de la moitié des départements, il y a 1 médecin généraliste pour 1 000 à 2 000 patients, insuffisant selon les pros. Le nombre de spécialistes, lui, stagne, mais la population vieillit, donc on a besoin de plus de soins.

Je vois. Et c'est partout pareil ?
Nope. Les campagnes sont les 1res touchées, mais le phénomène s’étend maintenant autour des grandes et moyennes villes. Pour te donner un ordre de grandeur, on compte 20-30 spécialistes pour 100 000 habitants dans l’Eure vs 100-120 en Gironde et 219 à Paris.

Mais d'où vient le problème ?
Pendant 50 ans, le numerus clausus - le nombre d’étudiants autorisés à poursuivre des études de médecine - a été limité, donc moins de médecins ont été formés.

C'est quoi les conséquences ?
Des retards dans les diagnostics ou dans la prise en charge des patients. Et ça pousserait même certaines personnes à ne pas se soigner : en 2021, 1 personne sur 4 a renoncé à des soins, notamment à cause d’un manque d’accès à un pro.

Que propose le gouv ?
Ça n’est pas encore très clair, mais via une aide de financement par ex, il voudrait passer de 4 000 à 10 000 assistants médicaux d’ici 2025 pour permettre aux généralistes de recevoir plus de patients. L’objectif est que chaque Français trouve un médecin traitant d’ici 5 ans. Il prévoit aussi de créer 1 an d’internat en plus pour les généralistes pendant lequel ils seront encouragés, via une aide au logement par ex, à exercer dans une zone désertée.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Le gouv se penche sur les déserts médicaux.

Dis m'en plus, Sirius.
Depuis lundi et jusqu’en janvier, invités par le gouv, des citoyens, des pros de santé et des élus vont discuter partout en France pour essayer de trouver des solutions aux déserts médicaux. Depuis 5 ans, le nombre de médecins généralistes a diminué dans les ¾ des départements français.

Ah oui quand même.
Claro. Résultat : aujourd’hui, 6 millions de Français n’ont pas accès à un médecin traitant, c’est 1 million de plus qu’en 2017. Dans plus de la moitié des départements, il y a 1 médecin généraliste pour 1 000 à 2 000 patients, insuffisant selon les pros. Le nombre de spécialistes, lui, stagne, mais la population vieillit, donc on a besoin de plus de soins.

Je vois. Et c'est partout pareil ?
Nope. Les campagnes sont les 1res touchées, mais le phénomène s’étend maintenant autour des grandes et moyennes villes. Pour te donner un ordre de grandeur, on compte 20-30 spécialistes pour 100 000 habitants dans l’Eure vs 100-120 en Gironde et 219 à Paris.

Mais d'où vient le problème ?
Pendant 50 ans, le numerus clausus - le nombre d’étudiants autorisés à poursuivre des études de médecine - a été limité, donc moins de médecins ont été formés.

C'est quoi les conséquences ?
Des retards dans les diagnostics ou dans la prise en charge des patients. Et ça pousserait même certaines personnes à ne pas se soigner : en 2021, 1 personne sur 4 a renoncé à des soins, notamment à cause d’un manque d’accès à un pro.

Que propose le gouv ?
Ça n’est pas encore très clair, mais via une aide de financement par ex, il voudrait passer de 4 000 à 10 000 assistants médicaux d’ici 2025 pour permettre aux généralistes de recevoir plus de patients. L’objectif est que chaque Français trouve un médecin traitant d’ici 5 ans. Il prévoit aussi de créer 1 an d’internat en plus pour les généralistes pendant lequel ils seront encouragés, via une aide au logement par ex, à exercer dans une zone désertée.