GREEN DEAL

Environnement
Par
L'équipe Voxe
Le
7/6/22

Ce qu'il se passe.
Le Parlement européen se penche sur le climat.

Rembobine Hermine, aujourd'hui ?
Et demain. Les députés européens débattent puis votent le "paquet climat" européen, ces lois qui doivent nous amener à la neutralité carbone - où on en émet autant qu’on en absorbe - en 2050. Si c’est adopté et appliqué, on pourrait devenir le 1er continent à atteindre cette neutralité climatique.

C'est quoi le tableau ?
L’Europe a émis 7,9 % du CO2 mondial - le gaz qui réchauffe l’atmosphère - en 2020, alors que 30,7 % viennent de la Chine et 13,8 % des US. Et les énergies fossiles - comme le gaz et le pétrole - représentent 72 % de son bilan énergétique. L’objectif, c’est donc de remplacer ces énergies carbonées par leur version sans carbone.

Ok, et ça dit quoi ?
Tu peux retenir 3 mesures clés : refonte du marché du carbone, mécanisme d’ajustement carbone aux frontières et fin des voitures thermiques en 2035. Le marché carbone, c’est un système d’achat-vente pour les industriels de quotas de droits d’émission de carbone. Il existe depuis 2005, et les textes en discussion permettront de l’étendre à de nouvelles activités et de le rendre plus contraignant.

Continue.
Quant à la taxe carbone aux frontières, l’idée, c’est d’en ajouter une sur les produits importés dans l’UE. Elle serait calculée en fonction du CO2 généré par leur production. Pour que tu aies une idée, en 2020, on a importé 1 714 milliards € de biens en Europe, pour 1 932 milliards qu’on a exportés. Enfin, l’Europe, c’est en gros 20 % du PIB mondial, les richesses produites par an, donc ça compte.

Ok, et qui pense quoi de tout ça ?
Côté pays membres, on est plus ou moins alignés sur l’idée de décarboner mais on reste divisés notamment sur la question nucléaire or not nucléaire pour remplacer les énergies fossiles. Par ex, l’Allemagne et l'Autriche penchent du côté non au nucléaire, la France, les Pays-Bas ou la Pologne du côté du oui. Côté industries, Pascal Canfin, député européen Renaissance - le parti du président Macron - dénonce un lobbying anti-climatique massif de certaines entreprises, entre autres sur la fin des véhicules thermiques et le marché carbone.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Le Parlement européen se penche sur le climat.

Rembobine Hermine, aujourd'hui ?
Et demain. Les députés européens débattent puis votent le "paquet climat" européen, ces lois qui doivent nous amener à la neutralité carbone - où on en émet autant qu’on en absorbe - en 2050. Si c’est adopté et appliqué, on pourrait devenir le 1er continent à atteindre cette neutralité climatique.

C'est quoi le tableau ?
L’Europe a émis 7,9 % du CO2 mondial - le gaz qui réchauffe l’atmosphère - en 2020, alors que 30,7 % viennent de la Chine et 13,8 % des US. Et les énergies fossiles - comme le gaz et le pétrole - représentent 72 % de son bilan énergétique. L’objectif, c’est donc de remplacer ces énergies carbonées par leur version sans carbone.

Ok, et ça dit quoi ?
Tu peux retenir 3 mesures clés : refonte du marché du carbone, mécanisme d’ajustement carbone aux frontières et fin des voitures thermiques en 2035. Le marché carbone, c’est un système d’achat-vente pour les industriels de quotas de droits d’émission de carbone. Il existe depuis 2005, et les textes en discussion permettront de l’étendre à de nouvelles activités et de le rendre plus contraignant.

Continue.
Quant à la taxe carbone aux frontières, l’idée, c’est d’en ajouter une sur les produits importés dans l’UE. Elle serait calculée en fonction du CO2 généré par leur production. Pour que tu aies une idée, en 2020, on a importé 1 714 milliards € de biens en Europe, pour 1 932 milliards qu’on a exportés. Enfin, l’Europe, c’est en gros 20 % du PIB mondial, les richesses produites par an, donc ça compte.

Ok, et qui pense quoi de tout ça ?
Côté pays membres, on est plus ou moins alignés sur l’idée de décarboner mais on reste divisés notamment sur la question nucléaire or not nucléaire pour remplacer les énergies fossiles. Par ex, l’Allemagne et l'Autriche penchent du côté non au nucléaire, la France, les Pays-Bas ou la Pologne du côté du oui. Côté industries, Pascal Canfin, député européen Renaissance - le parti du président Macron - dénonce un lobbying anti-climatique massif de certaines entreprises, entre autres sur la fin des véhicules thermiques et le marché carbone.