GOTA GO HOME*

International
Par
L'équipe Voxe
Le
11/5/22

Ce qu'il se passe.
Le Sri Lanka est secoué.

Rembobine Sachin, par ?
Depuis 2 mois, des Sri Lankais de tout le pays demandent le départ des frères Rajapaksa, Gotabaya, président et Mahinda, Premier ministre. Ils les jugent responsables de la crise économique et financière du pays. Lundi, après une journée de mobilisation chaotique qui a fait 5 morts et 180 blessés à Colombo, la capitale, le Premier ministre a démissionné.

Resitue-moi le Sri Lanka.
Ce pays situé au sud de l’Inde vit principalement du tourisme, effondré avec la pandémie. Ajoute à ça une réforme agricole bancale + des baisses d’impôts erratiques + l’Ukraine qui était, avec la Russie, son 1er acheteur de thé, et tu obtiens une faillite nationale. Il n’y a plus d’argent dans les caisses de l’État pour acheter de l’électricité, des médicaments ou de l’essence. Les prix ont grimpé de 30 % en un an et surtout, le Sri Lanka est empêtré dans sa dette.

C'est-à-dire ?
Il est tombé dans le piège de la dette chinoise auprès de qui il est endetté à environ 10 %. Pour comprendre, il faut prendre du recul. D’un côté, tu as le Sri Lanka qui a besoin de pépettes pour se développer vs un territoire à offrir. De l’autre, tu as la Chine qui a des pépettes et besoin d’un territoire pour déployer son projet du siècle : les grandes routes de la soie. Soit 430 milliards $ d’investissement pour construire des nouvelles routes maritimes et terrestres, en schéma ici, pour se relier au monde. C’est maousse costaud, ces routes concernent 60 % de la population et 30 % du PIB mondial.

Je vois l'alignement des besoins.
Voilà. Donc les frères au pouvoir ont passé un deal avec la Chine. Depuis 20 ans, les gouvernements sri lankais se succèdent, mais c’est une cousinade géante de la famille Rajapaksa qui a endetté le pays en menant des projets d’infrastructures via les emprunts chinois.

Et maintenant ?
Pas certain que la démission du Premier ministre ramène le calme alors que son frère reste à la présidence et que la Défense a ordonné hier à son armée de tirer à vue sur les manifestants. En parallèle, les autorités sri lankaises ont demandé l’aide du Fonds monétaire international pour gérer leur dette.

Psst : *du slogan des manifestants.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Le Sri Lanka est secoué.

Rembobine Sachin, par ?
Depuis 2 mois, des Sri Lankais de tout le pays demandent le départ des frères Rajapaksa, Gotabaya, président et Mahinda, Premier ministre. Ils les jugent responsables de la crise économique et financière du pays. Lundi, après une journée de mobilisation chaotique qui a fait 5 morts et 180 blessés à Colombo, la capitale, le Premier ministre a démissionné.

Resitue-moi le Sri Lanka.
Ce pays situé au sud de l’Inde vit principalement du tourisme, effondré avec la pandémie. Ajoute à ça une réforme agricole bancale + des baisses d’impôts erratiques + l’Ukraine qui était, avec la Russie, son 1er acheteur de thé, et tu obtiens une faillite nationale. Il n’y a plus d’argent dans les caisses de l’État pour acheter de l’électricité, des médicaments ou de l’essence. Les prix ont grimpé de 30 % en un an et surtout, le Sri Lanka est empêtré dans sa dette.

C'est-à-dire ?
Il est tombé dans le piège de la dette chinoise auprès de qui il est endetté à environ 10 %. Pour comprendre, il faut prendre du recul. D’un côté, tu as le Sri Lanka qui a besoin de pépettes pour se développer vs un territoire à offrir. De l’autre, tu as la Chine qui a des pépettes et besoin d’un territoire pour déployer son projet du siècle : les grandes routes de la soie. Soit 430 milliards $ d’investissement pour construire des nouvelles routes maritimes et terrestres, en schéma ici, pour se relier au monde. C’est maousse costaud, ces routes concernent 60 % de la population et 30 % du PIB mondial.

Je vois l'alignement des besoins.
Voilà. Donc les frères au pouvoir ont passé un deal avec la Chine. Depuis 20 ans, les gouvernements sri lankais se succèdent, mais c’est une cousinade géante de la famille Rajapaksa qui a endetté le pays en menant des projets d’infrastructures via les emprunts chinois.

Et maintenant ?
Pas certain que la démission du Premier ministre ramène le calme alors que son frère reste à la présidence et que la Défense a ordonné hier à son armée de tirer à vue sur les manifestants. En parallèle, les autorités sri lankaises ont demandé l’aide du Fonds monétaire international pour gérer leur dette.

Psst : *du slogan des manifestants.