FOSSILE ET MARTEAU

International
Par
L'équipe Voxe
Le
31/5/22

Ce qu'il se passe.
L’Europe négocie pour arrêter le pétrole russe.

Rembobine Marceline, comment ça ?
Hier et aujourd’hui, les 27 membres de l’Union européenne (UE) discutent d’une 6e série de sanctions pour contrer l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Seulement, le volet pétrolier de l’histoire bloque. Ça fait 4 semaines que ce 6e package patauge, quand les 5 précédents avaient été validés en 2-2.

C'est quoi l'enjeu ?
En important du pétrole russe, on finance la guerre de Vladimir Poutine. On estime que l’UE aurait acheté pour 52 milliards € de combustibles fossiles à la Russie depuis le 24 février. À peu près le PIB de la Tanzanie, pour te donner une idée. Le truc, c’est que les membres ne sont pas égaux.

C'est-à-dire ?
Plus de 75 % du pétrole consommé en Finlande ou en Hongrie, par exemple, vient de Russie. C’est entre 25 % et 50 % pour l’Allemagne ou la Pologne et moins de 25 % pour la France, l’Espagne, l’Italie et la Grèce. La Finlande semble s’être organisée auprès de ses voisins, dont la Suède, pour "rompre sa dépendance énergétique" russe en quelques mois, selon les dires de sa Première ministre.

Qui bloque alors ?
La Hongrie. Elle réclame des délais et des aides pour revoir son approvisionnement en pétrole, et voudrait notamment maintenir l'oléoduc Droujba, le plus long du monde, qui relie Russie et Allemagne en passant par la Hongrie. Pour contourner le blocage, on pourrait limiter l’embargo au pétrole russe transporté par les mers (= 2/3 des importations européennes) - et donc repousser à plus tard la question des oléoducs terrestres.

Donc ça va passer ?
Le truc, c’est qu’il y a un passif Hongrie x UE. Les pépettes européennes pour relancer post épidémie n’ont pas été encore distribuées au gouv du Premier ministre Viktor Orban parce que l'UE l'accuse de malmener l’État de droit. Et cet historique a pollué les négociations sur l'embargo pétrolier russe.

Ok, et sur place, on en est où ?
3 mois après avoir échoué à prendre la totalité du pays, le régime russe s’est concentré sur le Sud et l’Est. Le 20 mai, le port stratégique de Marioupol, au sud, est tombé. C’est clé car la farouche résistance des Ukrainiens en a fait un symbole, et c'est le 1er succès militaire majeur des Russes depuis le début de la guerre.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
L’Europe négocie pour arrêter le pétrole russe.

Rembobine Marceline, comment ça ?
Hier et aujourd’hui, les 27 membres de l’Union européenne (UE) discutent d’une 6e série de sanctions pour contrer l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Seulement, le volet pétrolier de l’histoire bloque. Ça fait 4 semaines que ce 6e package patauge, quand les 5 précédents avaient été validés en 2-2.

C'est quoi l'enjeu ?
En important du pétrole russe, on finance la guerre de Vladimir Poutine. On estime que l’UE aurait acheté pour 52 milliards € de combustibles fossiles à la Russie depuis le 24 février. À peu près le PIB de la Tanzanie, pour te donner une idée. Le truc, c’est que les membres ne sont pas égaux.

C'est-à-dire ?
Plus de 75 % du pétrole consommé en Finlande ou en Hongrie, par exemple, vient de Russie. C’est entre 25 % et 50 % pour l’Allemagne ou la Pologne et moins de 25 % pour la France, l’Espagne, l’Italie et la Grèce. La Finlande semble s’être organisée auprès de ses voisins, dont la Suède, pour "rompre sa dépendance énergétique" russe en quelques mois, selon les dires de sa Première ministre.

Qui bloque alors ?
La Hongrie. Elle réclame des délais et des aides pour revoir son approvisionnement en pétrole, et voudrait notamment maintenir l'oléoduc Droujba, le plus long du monde, qui relie Russie et Allemagne en passant par la Hongrie. Pour contourner le blocage, on pourrait limiter l’embargo au pétrole russe transporté par les mers (= 2/3 des importations européennes) - et donc repousser à plus tard la question des oléoducs terrestres.

Donc ça va passer ?
Le truc, c’est qu’il y a un passif Hongrie x UE. Les pépettes européennes pour relancer post épidémie n’ont pas été encore distribuées au gouv du Premier ministre Viktor Orban parce que l'UE l'accuse de malmener l’État de droit. Et cet historique a pollué les négociations sur l'embargo pétrolier russe.

Ok, et sur place, on en est où ?
3 mois après avoir échoué à prendre la totalité du pays, le régime russe s’est concentré sur le Sud et l’Est. Le 20 mai, le port stratégique de Marioupol, au sud, est tombé. C’est clé car la farouche résistance des Ukrainiens en a fait un symbole, et c'est le 1er succès militaire majeur des Russes depuis le début de la guerre.