DOUBLE DETTE

International
Par
L'équipe Voxe
Le
24/5/22

Ce qu'il se passe.
Haïti a payé double après son indépendance.

Rembobine Albertine, de quoi tu parles ?
D’une enquête du quotidien américain The New York Times. Les journalistes ont montré que le développement d’Haïti est plombé depuis plus de 200 ans par une dette gigantesque envers son ancien colonisateur : la France.

Fais-moi un récap.
Haïti est situé sur une île des Caraïbes, là. Peuplée par les Indiens taïnos, ou arawaks, l’île est colonisée par la France à partir de 1625. En 1791, les esclaves haïtiens chassent les colons français et fondent en 1804 un nouveau pays.

Ok et ensuite ?
En 1825, 21 ans après l’Indépendance, 500 canons français imposent aux Haïtiens d’indemniser les héritiers de leurs anciens maîtres esclavagistes. Pour pouvoir payer, Haïti emprunte à des banques françaises. C’est la double dette : l’indemnité et l’emprunt contracté pour la payer.

Ça représente combien ?
Haïti aurait déboursé en 125 ans quelque 560 millions $ actuels. Selon les journalistes, si cette somme avait été injectée dans l’économie du pays, elle aurait rapporté environ 21 milliards $. Ainsi, sans cette dette, le revenu par habitant en 2018 aurait été près de 6 fois plus élevé et à peu près équivalent à celui de sa voisine, la République dominicaine.

Que répond la France ?
Dans les 2000’s, Jean-Bertrand Aristide, alors président, demande réparation à la France. Suite à quoi, il est écarté du pouvoir par la France & les US. Ces derniers l’accusent de dérive autoritaire et nient tout lien entre son éviction et ses demandes de réparation, mais l’ancien ambassadeur sur place à l’époque, Thierry Burkard, pense que ce serait tout de même lié. En France, une commission publique est alors chargée d’examiner les liens entre les 2 pays, mais elle a, selon l’ambassadeur, pour mission de "ne pas dire un mot allant dans le sens de la restitution".

Et après ?
En mai 2015, le président François Hollande déclare "quand je viendrai en Haïti, j’acquitterai (…) la dette que nous avons." Quelques heures plus tard, son entourage précise qu’il parle "d’une dette morale" et pas d’une indemnisation financière. Ce qui semble rester la position officielle depuis.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Haïti a payé double après son indépendance.

Rembobine Albertine, de quoi tu parles ?
D’une enquête du quotidien américain The New York Times. Les journalistes ont montré que le développement d’Haïti est plombé depuis plus de 200 ans par une dette gigantesque envers son ancien colonisateur : la France.

Fais-moi un récap.
Haïti est situé sur une île des Caraïbes, là. Peuplée par les Indiens taïnos, ou arawaks, l’île est colonisée par la France à partir de 1625. En 1791, les esclaves haïtiens chassent les colons français et fondent en 1804 un nouveau pays.

Ok et ensuite ?
En 1825, 21 ans après l’Indépendance, 500 canons français imposent aux Haïtiens d’indemniser les héritiers de leurs anciens maîtres esclavagistes. Pour pouvoir payer, Haïti emprunte à des banques françaises. C’est la double dette : l’indemnité et l’emprunt contracté pour la payer.

Ça représente combien ?
Haïti aurait déboursé en 125 ans quelque 560 millions $ actuels. Selon les journalistes, si cette somme avait été injectée dans l’économie du pays, elle aurait rapporté environ 21 milliards $. Ainsi, sans cette dette, le revenu par habitant en 2018 aurait été près de 6 fois plus élevé et à peu près équivalent à celui de sa voisine, la République dominicaine.

Que répond la France ?
Dans les 2000’s, Jean-Bertrand Aristide, alors président, demande réparation à la France. Suite à quoi, il est écarté du pouvoir par la France & les US. Ces derniers l’accusent de dérive autoritaire et nient tout lien entre son éviction et ses demandes de réparation, mais l’ancien ambassadeur sur place à l’époque, Thierry Burkard, pense que ce serait tout de même lié. En France, une commission publique est alors chargée d’examiner les liens entre les 2 pays, mais elle a, selon l’ambassadeur, pour mission de "ne pas dire un mot allant dans le sens de la restitution".

Et après ?
En mai 2015, le président François Hollande déclare "quand je viendrai en Haïti, j’acquitterai (…) la dette que nous avons." Quelques heures plus tard, son entourage précise qu’il parle "d’une dette morale" et pas d’une indemnisation financière. Ce qui semble rester la position officielle depuis.