C'EST UN PIC

On est 8 milliards d’humains sur Terre

Société
Par
L'équipe Voxe
Le
18/11/22

Ce qu'il se passe.
On est 8 milliards d’humains sur Terre.

Fais-moi le topo, Calypso.
D’après l’ONU, depuis mardi, il y a 8 milliards d’habitants sur la planète, c'est un cap. Et selon ses pronostics, la population devrait continuer à augmenter pour atteindre 10,4 milliards en 2080, puis pourrait se stabiliser d’ici 2100, et même décroître possiblement.

C'est une bonne nouvelle ?
En tous cas, ça montre nos progrès scientifiques et nos avancées en matière de nutrition, de santé publique ou d’accès à l’eau. Car grâce à ces succès, l’espérance de vie s’allonge, nous sommes en meilleure santé, et moins de futures mères ou de bébés meurent à la naissance. Donc plus nombreux.

On est répartis comment ?
59 % de la population mondiale habite en Asie avec 2 gros géants : la Chine et l’Inde. L’Afrique regroupe 18 % de la population. L’Europe, la seule partie du monde où la population baisse, en compte 9 %. Puis il y a l’Amérique latine avec 8 % et l’Amérique du Nord avec 5 %.

Mais 8 milliards, c'est pas trop pour la planète ?
Pour beaucoup d'experts, ce n’est pas tant un problème de nombre de personnes, qu'un enjeu de modes de vie et d'inégalités. Oui car aujourd’hui, le GIEC, ces experts du climat, estime que l’impact de la population sur l’environnement se mesure notamment en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Or, elles sont inégales.

Comment ça ?
Les pays riches émettent globalement plus de gaz à effet de serre que les pays pauvres, et ça vaut aussi pour leurs habitants. Pour te donner une idée, en 2015, les 10 % des personnes les plus riches du monde émettent 49 % des gaz à effet de serre, quand les 50 % les plus pauvres en dégagent 7 %.

Et la solution ?
Pour Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, il faut que les pays riches soient solidaires des pays émergents, notamment en les aidant à financer leur transition énergétique. C’est un des enjeux discutés à la COP27, le sommet mondial sur le climat, qui finit aujourd’hui. Les pays riches avaient déjà promis de leur donner chaque année 100 milliards $ à partir de 2020, mais n’en ont donné cette même année que 83,3.

Psst. Par ici si tu te demandes qui est le huit milliardième habitant de la planète.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
On est 8 milliards d’humains sur Terre.

Fais-moi le topo, Calypso.
D’après l’ONU, depuis mardi, il y a 8 milliards d’habitants sur la planète, c'est un cap. Et selon ses pronostics, la population devrait continuer à augmenter pour atteindre 10,4 milliards en 2080, puis pourrait se stabiliser d’ici 2100, et même décroître possiblement.

C'est une bonne nouvelle ?
En tous cas, ça montre nos progrès scientifiques et nos avancées en matière de nutrition, de santé publique ou d’accès à l’eau. Car grâce à ces succès, l’espérance de vie s’allonge, nous sommes en meilleure santé, et moins de futures mères ou de bébés meurent à la naissance. Donc plus nombreux.

On est répartis comment ?
59 % de la population mondiale habite en Asie avec 2 gros géants : la Chine et l’Inde. L’Afrique regroupe 18 % de la population. L’Europe, la seule partie du monde où la population baisse, en compte 9 %. Puis il y a l’Amérique latine avec 8 % et l’Amérique du Nord avec 5 %.

Mais 8 milliards, c'est pas trop pour la planète ?
Pour beaucoup d'experts, ce n’est pas tant un problème de nombre de personnes, qu'un enjeu de modes de vie et d'inégalités. Oui car aujourd’hui, le GIEC, ces experts du climat, estime que l’impact de la population sur l’environnement se mesure notamment en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Or, elles sont inégales.

Comment ça ?
Les pays riches émettent globalement plus de gaz à effet de serre que les pays pauvres, et ça vaut aussi pour leurs habitants. Pour te donner une idée, en 2015, les 10 % des personnes les plus riches du monde émettent 49 % des gaz à effet de serre, quand les 50 % les plus pauvres en dégagent 7 %.

Et la solution ?
Pour Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, il faut que les pays riches soient solidaires des pays émergents, notamment en les aidant à financer leur transition énergétique. C’est un des enjeux discutés à la COP27, le sommet mondial sur le climat, qui finit aujourd’hui. Les pays riches avaient déjà promis de leur donner chaque année 100 milliards $ à partir de 2020, mais n’en ont donné cette même année que 83,3.

Psst. Par ici si tu te demandes qui est le huit milliardième habitant de la planète.