BREXIT FATIGUE

International
Par
L'équipe Voxe
Le
22/6/22

Ce qu'il se passe.
C’est tendu entre le UK et l’Union européenne.

Rembobine Marilyn, what's happening ?
Le 13 juin, le gouv conservateur britannique a présenté un projet de loi à son Parlement pour réviser un accord qu’il avait signé avec l’Union européenne (UE) en 2019. Cet accord, c’est celui qui, dans la foulée du Brexit, prévoit de maintenir l’Irlande du Nord, qui fait partie du UK, dans le marché commun européen.

Ça veut dire quoi ?
Qu’on considère que l’Irlande du Nord fait partie - comme le sud de l’île, aka la République d’Irlande, membre de l’UE - de l’espace commercial européen : avec les règles européennes sur la TVA ou les contrôles sanitaires par ex. Mais, et c’est là que ça coince, ça veut dire aussi : contrôle douanier sur les produits qui circulent entre elle et le reste du UK. L'idée est d’éviter une frontière physique entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande et de préserver la paix qu’elles ont faite en 1998, après des décennies d’affrontements.

Et pourquoi en sortir ?
Depuis plusieurs mois, cet accord provoque la colère des unionistes nord-irlandais, qui sont pour le maintien de l’Irlande du Nord au sein du UK, et pro-Brexit. Pour eux, il va à l’encontre de leur identité britannique, et le gouv les aurait trahis en le signant. À tel point que le DUP, principal parti unioniste d’Irlande du Nord, refuse de former un gouv avec le parti nationaliste Sinn Fein, vainqueur des élections de mai dernier, tant que l’accord n’est pas retiré.

Je vois, et l'UE réagit comment ?
Pour elle, ce projet de loi porte atteinte à leur confiance mutuelle et le UK enfreindrait le droit international s’il l’adoptait. Surtout, ça remet de l’eau dans le gaz alors que les négociations entre le UK et l’UE ont été tendues après le référendum sur le Brexit en 2016.

Et du côté du UK ?
Le projet ne fait pas l’unanimité. En Irlande du Nord, les nationalistes - qui prônent une réunification des 2 Irlandes - estiment que sortir du marché commun serait très mauvais pour leur économie, et du côté des députés britanniques pro-gouv, on s’inquiète de la réputation du pays.

On s'attend à quoi pour la suite ?
Pas sûr que la loi passe, d’autant que Boris Johnson, le chef du gouv britannique, n’est pas hyper populaire depuis le scandale des soirées dans sa résidence pendant le confinement, et 41 % des députés de son camp aimeraient qu’il démissionne. De son côté, ça fait 1 an que l’Irlande du Nord vit sans gouv.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
C’est tendu entre le UK et l’Union européenne.

Rembobine Marilyn, what's happening ?
Le 13 juin, le gouv conservateur britannique a présenté un projet de loi à son Parlement pour réviser un accord qu’il avait signé avec l’Union européenne (UE) en 2019. Cet accord, c’est celui qui, dans la foulée du Brexit, prévoit de maintenir l’Irlande du Nord, qui fait partie du UK, dans le marché commun européen.

Ça veut dire quoi ?
Qu’on considère que l’Irlande du Nord fait partie - comme le sud de l’île, aka la République d’Irlande, membre de l’UE - de l’espace commercial européen : avec les règles européennes sur la TVA ou les contrôles sanitaires par ex. Mais, et c’est là que ça coince, ça veut dire aussi : contrôle douanier sur les produits qui circulent entre elle et le reste du UK. L'idée est d’éviter une frontière physique entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande et de préserver la paix qu’elles ont faite en 1998, après des décennies d’affrontements.

Et pourquoi en sortir ?
Depuis plusieurs mois, cet accord provoque la colère des unionistes nord-irlandais, qui sont pour le maintien de l’Irlande du Nord au sein du UK, et pro-Brexit. Pour eux, il va à l’encontre de leur identité britannique, et le gouv les aurait trahis en le signant. À tel point que le DUP, principal parti unioniste d’Irlande du Nord, refuse de former un gouv avec le parti nationaliste Sinn Fein, vainqueur des élections de mai dernier, tant que l’accord n’est pas retiré.

Je vois, et l'UE réagit comment ?
Pour elle, ce projet de loi porte atteinte à leur confiance mutuelle et le UK enfreindrait le droit international s’il l’adoptait. Surtout, ça remet de l’eau dans le gaz alors que les négociations entre le UK et l’UE ont été tendues après le référendum sur le Brexit en 2016.

Et du côté du UK ?
Le projet ne fait pas l’unanimité. En Irlande du Nord, les nationalistes - qui prônent une réunification des 2 Irlandes - estiment que sortir du marché commun serait très mauvais pour leur économie, et du côté des députés britanniques pro-gouv, on s’inquiète de la réputation du pays.

On s'attend à quoi pour la suite ?
Pas sûr que la loi passe, d’autant que Boris Johnson, le chef du gouv britannique, n’est pas hyper populaire depuis le scandale des soirées dans sa résidence pendant le confinement, et 41 % des députés de son camp aimeraient qu’il démissionne. De son côté, ça fait 1 an que l’Irlande du Nord vit sans gouv.