BACK

France
Par
L'équipe Voxe
Le
7/7/22

Ce qu'il se passe.
Le gouv a rapatrié 16 femmes et 35 enfants mineurs de Syrie.

Rembobine Amandine, d'où et comment ?
C’est l’opération de rapatriement officielle la plus massive menée depuis la chute de l’État islamique (EI) en 2019. C’est aussi la 1re fois qu’une partie des mères sont rapatriées. Au total, environ 1 700 Français sur 5 000 Européens auraient rejoint l’EI en Syrie depuis 2013, contre 760 Britanniques ou 470 Belges. Quelque 80 femmes et 200 enfants français y vivaient encore mardi, avant ce rapatriement.

Qu'est-ce qu'ils vont devenir ?
Ils vont être soignés et jugés. Les mineurs sont confiés aux soins des services d’aide à l’enfance, sous la protection du tribunal pour enfants de Bobigny. Leur santé physique et psychologique va être évaluée. Ils seront ensuite placés dans des familles d’accueil. Les femmes, elles, ont été remises à la justice, 8 ont été placées en garde à vue dès leur arrivée.

Et c'est une première tu disais ?
Oui. Jusque-là, la France a mené une politique de rapatriement "au cas par cas" contrairement à ses voisins européens. Fin juin, la Belgique a, par ex, rapatrié la quasi-totalité de ses ressortissantes de Syrie. Un choix qu’on nous a reproché.

C'est-à-dire ?
Les conditions de vie dans les camps sont "épouvantables", selon l’ONU. Aussi, les dirigeants français se sont fait sermonner par des instances nationales et internationales. Les grandes ONG de défense des droits humains leur ont aussi demandé de faire preuve de "respect élémentaire de l’humanité".

Pourquoi on a changé d'avis ?
Pour décortiquer, il faut revenir au contexte. 1/ Les attentats terroristes islamistes les plus meurtriers ont été commis en France ces dernières années. 2/ Parmi les Européens, les Français sont les plus nombreux à être partis en Syrie, ce qui signifie donc plus de retours. Meaning une prise en charge médicale, judiciaire et sociale à plus grande échelle, ce qui requiert une organisation des institutions concernées.

Et politiquement ?
Les élections présidentielle et législatives passées, le sujet est moins sensible. Enfin, l’association des victimes du 13 novembre 2015, 13onze15, s’est dite favorable à l’idée de rapatrier globalement femmes et enfants de Syrie.

Malheureusement, cet article est uniquement disponible pour les abonnés du Club de Voxe.

Inscrivez-vous au club ou connectez-vous à votre compte.

Ce qu'il se passe.
Le gouv a rapatrié 16 femmes et 35 enfants mineurs de Syrie.

Rembobine Amandine, d'où et comment ?
C’est l’opération de rapatriement officielle la plus massive menée depuis la chute de l’État islamique (EI) en 2019. C’est aussi la 1re fois qu’une partie des mères sont rapatriées. Au total, environ 1 700 Français sur 5 000 Européens auraient rejoint l’EI en Syrie depuis 2013, contre 760 Britanniques ou 470 Belges. Quelque 80 femmes et 200 enfants français y vivaient encore mardi, avant ce rapatriement.

Qu'est-ce qu'ils vont devenir ?
Ils vont être soignés et jugés. Les mineurs sont confiés aux soins des services d’aide à l’enfance, sous la protection du tribunal pour enfants de Bobigny. Leur santé physique et psychologique va être évaluée. Ils seront ensuite placés dans des familles d’accueil. Les femmes, elles, ont été remises à la justice, 8 ont été placées en garde à vue dès leur arrivée.

Et c'est une première tu disais ?
Oui. Jusque-là, la France a mené une politique de rapatriement "au cas par cas" contrairement à ses voisins européens. Fin juin, la Belgique a, par ex, rapatrié la quasi-totalité de ses ressortissantes de Syrie. Un choix qu’on nous a reproché.

C'est-à-dire ?
Les conditions de vie dans les camps sont "épouvantables", selon l’ONU. Aussi, les dirigeants français se sont fait sermonner par des instances nationales et internationales. Les grandes ONG de défense des droits humains leur ont aussi demandé de faire preuve de "respect élémentaire de l’humanité".

Pourquoi on a changé d'avis ?
Pour décortiquer, il faut revenir au contexte. 1/ Les attentats terroristes islamistes les plus meurtriers ont été commis en France ces dernières années. 2/ Parmi les Européens, les Français sont les plus nombreux à être partis en Syrie, ce qui signifie donc plus de retours. Meaning une prise en charge médicale, judiciaire et sociale à plus grande échelle, ce qui requiert une organisation des institutions concernées.

Et politiquement ?
Les élections présidentielle et législatives passées, le sujet est moins sensible. Enfin, l’association des victimes du 13 novembre 2015, 13onze15, s’est dite favorable à l’idée de rapatrier globalement femmes et enfants de Syrie.