Le point commun entre Beyoncé, Badinter et Obama

Les inégalités hommes-femmes expliquées en 3 minutes

Quel est le rapport entre Beyoncé, Barack Obama et Elisabeth Badinter ? … Le B ? Le côté rock’n’roll ?
Presque ! En fait, ils se revendiquent tous comme féministes et luttant contre les inégalités entre les hommes et les femmes.

De quoi parle-t-on quand on parle d’inégalités hommes-femmes ?

Selon l’Observatoire des inégalités, on parle d’inégalité “quand un individu ou un groupe dispose d’un accès différencié à certains biens ou services”. Concrètement, une inégalité se présente lorsqu’un individu accède plus facilement à une situation ou un bien, comme un salaire plus élevé par exemple.
En France, on parle beaucoup des inégalités de salaires entre les hommes et les femmes, mais on peut aussi mentionner les inégalités en termes de santé, de retraites ou encore concernant l’accès des femmes à des mandats électifs. Même de prix de certains produits ! Les journalistes et mouvements féministes parlent d’une “taxe rose”.

D’où viennent les inégalités homme-femme en France ?

Dès l’Antiquité, les inégalités entre les hommes et les femmes ont été largement discutées, en raison de différences physiques par Aristote notamment. Ce discours a été perpétué jusqu’à la Révolution Française, entretenu notamment par la loi salique sous la monarchie française, qui exclut qu’une femme puisse hériter d’un domaine ou d’un titre. Ce n’est qu’à partir du mouvement des Lumières que la question de l’égalité homme-femme est abordée. Pendant la Révolution Française, un petit groupe de femmes, menées par Olympe de Gouges, femme de lettre et femme politique, présente une Déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne (1791), qui réclame l’égalité politique entre les hommes et les femmes. Celle-ci n’est pas adoptée par l’Assemblée Constituante.
Tout le XIXe siècle est marqué par la lutte des femmes pour l’égalité politique, à travers des figures comme Flora Tristan, militante féministe dans les années 1830, Louise Michel, enseignante et chef de file du mouvement de la Commune de Paris, et Louise Weiss, chef de file du mouvement des suffragettes en France et doyenne du Parlement Européen. À partir de 1848, on voit l’émergence de la “presse de femmes”, l’ancêtre de la presse féminine, qui a pour but premier de diffuser les revendications féministes de l’époque. La majorité de ces revendications se concentre sur l’obtention du droit de vote, avec le mouvement des suffragettes, que le Général de Gaulle leur octroie en 1944.
On note un regain de protestations contre les inégalités entre les hommes et les femmes à partir des années 1960, avec la sortie du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir et la lutte pour le droit à la contraception puis le droit à l’avortement.

Les lois en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes en France

  • 1944 : Ordonnance accordant le droit de vote aux femmes, soit une mesure prise directement par le Président de la République et qui est appliquée au même titre qu’une loi.
  • 1965 : Loi de réforme des régimes matrimoniaux qui autorise les femmes à avoir leur propre compte en banque et à travailler sans l’autorisation de leur mari.
  • 1967 : Loi Neuwirth qui autorise la contraception. Cette loi sera suivie par l’autorisation de l’Interruption Volontaire de Grossesse (loi Veil) en 1975.
  • 1972 : Le principe de l’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes est inscrit dans la loi, ce qui veut dire le principe “à travail égal, salaire égal”.
  • 1999 : Modification des articles 3 et 4 de la Constitution pour obliger les partis politiques à présenter des listes paritaires aux élections et pour faciliter l’accès aux femmes à des mandats électifs.
  • 2014 : “Loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes”, vise à combattre les inégalités entre hommes et femmes dans les sphères privée, professionnelle et publique.

Les inégalités hommes-femmes aujourd’hui

Quatre chiffres pour comprendre les inégalités hommes-femmes en France aujourd’hui

En France, les inégalités hommes-femmes recouvrent de multiples facettes, allant du choix des études supérieures et des métiers jusqu’à l’accès aux soins. Voici quelques chiffres pour avoir des repères sur les inégalités hommes-femmes aujourd’hui en France :

Travail

En 2014, les hommes gagnaient en moyenne 2410 €/mois(pour un emploi à temps plein), contre 1962 €/mois pour les femmes, soit 22,8 % de plus pour les hommes. Plus le salaire est élevé, plus cet écart se creuse. De la même manière, les femmes sont plus exposées au chômage. Le taux de chômage était de 9,4 % pour les femmes, contre 8,6 % pour les hommes en 2012.

Retraites

Les femmes touchent en moyenne 825 €/mois d’allocations de retraites contre 1426 €/mois pour un homme*. Cependant, l’espérance de vie moyenne d’une femme en France est de 85 ans, contre 78 ans pour un homme. Ainsi, les femmes vivent plus longtemps mais avec moins de moyens.

Famille

Les femmes consacrent environ 4h01 par jour au travail domestique, contre 2h13 pour les hommes. De plus, dans 85 % des familles monoparentales, ce sont les femmes qui élèvent seules leurs enfants.

Politique

En 2014, les femmes représentaient 51,6 % du corps électoral cependant, elles ne représentent que 27 % des élus à l’Assemblée nationale et 22 % au Sénat. Plus encore, 86 % des maires en France sont des hommes, contre 14 % de femmes.

* Les femmes cotisent en moyenne moins que les hommes au système de retraites, principalement car elles sont moins payées et elles sont plus souvent contraintes à des contrats à temps partiels, voire même au chômage. Toutes ces données proviennent du Haut Conseil entre les femmes et les hommes.

Les inégalités hommes-femmes à l’échelle internationale

À l’échelle internationale, les inégalités entre les femmes et les hommes ont tendance à s’aggraver. Concernant l’éducation, les filles sont particulièrement défavorisées par rapport aux garçons : elles représentent 56 % des effectifs non-scolarisés en 2011. Les femmes représentent aussi 2/3 des personnes analphabètes à travers le monde (2012).
Les femmes représentent 70 % des pauvres à travers le monde (2008). De la même façon, les femmes produisent 66 % du travail mondial, mais ne touchent que 10 % des revenus et ne détiennent que 1 % de la propriété.
Chaque année, le Forum Économique Mondial publie un rapport sur les inégalités hommes-femmes. En 2016, la France était 16e du classement (sur 72 pays). L’Islande est le premier pays du classement.

Pour aller plus loin

  • Pour se tenir au courant de l’actualité féministe, nous vous recommandons de vous inscrire à la newsletter Pause Culotte, lancée par Madmoizelle.

 

 

  • Pour en savoir plus sur la façon dont les femmes prennent de plus en plus la parole dans les médias, on vous conseille d’écouter cette émission de France Culture sur la confiance et les femmes.