[Les partis politiques]

Le Front National

D’où vient le Front National ?

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, l’extrême-droite* française est désorganisée et se compose principalement de petits groupes de militants secrets. Ce n’est qu’au début des années 1950, avec la création du mouvement poujadiste** puis avec les mouvements liés la guerre d’Algérie*** que les groupes d’extrême-droite sortent de la clandestinité.
 Parmi ces groupes, on retrouve l’Ordre Nouveau, créé en 1969 et mené par Alain Robert. L’Ordre Nouveau regroupe principalement des groupuscules étudiants d’extrême-droite. L’organisation est largement identifiée aux mouvements violents de lutte contre la décolonisation de l’Algérie. À partir de 1971, le groupe cherche à se mettre dans une posture électorale et se rapproche de Jean-Marie Le Pen.
Jean-Marie Le Pen a été député poujadiste pendant les années 1950 et continue depuis à graviter au sein des mouvements d’extrême-droite, après avoir annoncé son retrait de la politique au lendemain des élections présidentielles de 1965, à l’âge de 37 ans.
* L’extrême-droite se définit historiquement comme l’ensemble des députés assis à l’extrême-droite de l’hémicycle à l’Assemblée Nationale. C’est un mouvement très divers et qui n’est pas seulement limité au Front National. Parmi des organisations d’extrême-droite, on note Bloc identitaire, Génération identitaire ou encore le Parti de la France (voir la section Pour aller plus loin).
** Mouvement poujadiste est un mouvement politique créé dans les années 1950 par Pierre Poujade. Ce mouvement a été lancé en réaction à la montée en puissance de la grande distribution par rapport aux petits commerces, mais il s’étend ensuite à la lutte contre les politiques de décolonisation. Jean-Marie Le Pen a été député sous cette étiquette de 1956 à 1962.
*** La guerre d’Algérie est le conflit lié à la décolonisation de l’Algérie par la France. Il a commencé en novembre 1954 et a pris fin avec la signature des accords d’Evian en 1962.

Histoire du Front National

Jean-Marie Le Pen est le fondateur du Front National (FN).
Dès sa création en 1972, le Front National est présidé par Jean-Marie Le Pen. Dès les élections législatives de 1973 et aux présidentielles de 1974, le Front National présente des candidats. Les premiers résultats électoraux sont très faibles, avec moins de 1% des voix. Durant toutes les années 1970, le Front National est un parti marginal et peu médiatisé.
Les premiers succès arrivent dans les années 1980, grâce aux premières élections européennes en 1984 et l’introduction des élections législatives au scrutin proportionnel* en 1986. Le Front National gagne en visibilité tant d’un point de vue politique que d’un point de vue médiatique, et les scores du parti aux élections continuent de progresser. Le parti engrange de plus en plus d’élus locaux et de députés européens, malgré une condamnation de Jean-Marie Le Pen pour des propos révisionnistes.
En 2002, Jean-Marie Le Pen parvient à se qualifier au second tour de l’élection présidentielle. À partir de cette date, le Front National est considéré comme une force politique de premier plan en France.
Marine Le Pen succède à son père en tant que présidente du parti en 2011. Pour la première fois, elle se présente à l’élection présidentielle de 2012 et obtient 17,9 % des voix au premier tour du scrutin. La même année, aux élections législatives, le Front National remporte deux sièges à l’Assemblée Nationale, pour la première fois depuis 1986.
* Le scrutin à la proportionnelle est un mode de scrutin où les sièges de députés sont attribué en fonction du nombre de voix récoltées lors des élections. Il s’oppose au scrutin majoritaire, qui élit le candidat qui a obtenu le plus de vote lors du scrutin.
Marine Le Pen est candidate à l'élection présidentielle pour le Front National, dont elle est présidente depuis 2011.

Le Front National aujourd’hui

Marion Maréchal Le Pen a été élue députée du Var pour le Front National en 2012
Qui sont les élus Front National ?
Le Front National a remporté 11 mairies lors des élections municipales de 2014, parmi lesquelles Fréjus (Var), Beaucaire (Gard), Villers-Cotterêts (Aisne) ou encore Mantes-la-Ville (Yvelines). Des alliés du Front National, comme Robert Ménard, ont aussi remporté des municipalités. Le Front National est présent dans 315 conseils municipaux.
En 2015, le Front National a obtenu 62 sièges de conseillers départementaux et 358 sièges de conseillers régionaux.
Les scores aux élections locales et nationales du Front National de 1972 à 2015
La question du financement du Front National
Les partis politiques sont principalement financés par des dons privés, qui comprennent les cotisations des adhérents et les dons privés (à hauteur de 7 500€ par an et par personne). Les partis reçoivent aussi des subventions publiques, déterminées en fonction de leurs scores aux élections législatives et du nombre de parlementaires en activité. Les partis politiques peuvent aussi demander des cotisations de la part de leurs élus, mais varie d’un parti à l’autre.
Pour la campagne présidentielle de 2017, ainsi que pour les législatives, le parti aurait besoin de 30 millions d’euros*, en plus des 8 millions de frais de fonctionnement annuels. Le micro-parti de Jean-Marie Le Pen, Cotelec, a annoncé prêter 6 millions d’euros pour le financement de la campagne de présidentielle de Marine Le Pen.
* Une campagne présidentielle coûte environ 16 millions d’euros pour les candidats au premier tour. Pour les candidats qualifiés pour le second tour de l’élection, il faut ajouter environ 5 millions supplémentaires.
Les revenus du parti sont relativement faibles, car le parti n’enregistre qu’un nombre limité d’adhérents (83 000) et d’élus (1 992), qui financent le Front National grâce à leurs frais d’adhésion et leurs cotisations. En 2014, l’ensemble des revenus s’élevait à 8 millions d’euros, ce qui ne couvre que les frais de fonctionnement du Front National.
De plus, le parti a dû mal à emprunter auprès des banques françaises, qui craignent l’impact d’un tel emprunt sur leur réputation, alors même que les partis politiques sont des clients risqués pour les banques. C’est pourquoi le Front National a annoncé chercher des financements étrangers pour la campagne de 2017.

Pour aller plus loin