Arnaud Montebourg

Candidat à la primaire de la Belle Alliance Populaire

  • Membre du Parti Socialiste
  • Né le 30 octobre 1962 à Clamecy
  • En couple avec Aurélie Filippetti (députée de Moselle)
  • Trois enfants

Biographie

Arnaud Montebourg est homme politique et ancien ministre de François Hollande. Après des études de droit à l’université de Dijon et à Sciences Po Paris, Arnaud Montebourg commence sa carrière en tant qu’avocat à la Cour d’Appel de Paris en 1990. Il est élu en tant que député socialiste en 1997, dans la sixième circonscription de Saône-et-Loire. Il est réélu trois fois, jusqu’en 2012.

En 2002, il fonde au sein du parti socialiste le courant le Nouveau Parti Socialiste, avec Vincent Peillon, Julien Dray et Benoît Hamon. En 2007, il soutient Ségolène Royal à l’élection présidentielle. Il sera l’un des opposants les plus virulents de l’Assemblée Nationale, face aux gouvernements Fillon. En 2011, Arnaud Montebourg se présente à la primaire socialiste où il arrive en troisième position, derrière Martine Aubry et François Hollande.

Suite à l’élection de François Hollande en tant que Président de la République, il est nommé au gouvernement, comme Ministre du Redressement Productif. Il démissionne en août 2014, après avoir publiquement critiqué la politique du gouvernement menée par Manuel Valls.

Facebook  Twitter

Ses propositions clefs :
  • ÉCONOMIE/ Placer la souveraineté économique de l’Etat au dessus des intérêts du système bancaire et financier
  • INSTITUTIONS/ Introduire le tirage au sort de cent citoyens, invités à siéger au Sénat
  • SOCIÉTÉ/ Création d’un service national obligatoire civil, humanitaire et militaire.
  • ENVIRONNEMENT/ Mise en place d’une taxe carbone aux frontières de l’Europe
  • EMPLOI/ Soutien aux projets de jeunes dans tous les domaines avec un crédit de la Banque de France de 5 000 à 10 000€
  • EUROPE/ Redistribution des compétences entre l’Union Européenne et le gouvernement national pour autoriser davantage de volontarisme économique
  • SÉCURITÉ/ Réinstallation de commissariats de police dans les quartiers sensibles

Août 2014 : démissionne de son poste en tant que Ministre de l'Economie, du Redressement Productif et du Numérique

Arnaud Montebourg démissionne du gouvernement après avoir critiqué la politique menée par François Hollande et Manuel Valls, lors de la Fête de la Rose de Frangy-en-Bresse.

Avril 2014 : nommé Ministre de l'Economie, du Redressement Productif et du Numérique

Alors qu'Arnaud Montebourg est ministre de l'Economie, il signe le décret dit "décret Alstom" qui instaure un veto du gouvernement français sur les investissements étrangers dans les secteurs industriels stratégiques.

Mai 2012 : nommé Ministre du Redressement Productif

Arnaud Montebourg est nommé ministre du Redressement Productif, assisté par Fleur Pellerin, ministre déléguée en charge des petites et moyennes entreprises, de l'innovation et de l’économie numérique.

Novembre 2011 : se déclare candidat à la primaire de la gauche

Arnaud Montebourg arrive en troisième position au premier tour de la primaire, avec 17% des voix. Il soutient François Hollande au second tour, tout en ne donnant aucune consigne de vote.

Mars 2008 : élu président du conseil général de Saône-et-Loire

Bien qu'Arnaud Montebourg ait jusque là appliqué la règle du non-cumul des mandats, il choisit de se présenter en 2008. Il renonce dans le même temps à se représenter en tant que député aux élections législatives de 2012.

Janvier 2007 : nommé porte-parole de la campagne de Ségolène Royal

Arnaud Montebourg annonce son soutien à la candidature à l'élection présidentielle de Ségolène Royal. Il sera son porte-parole pendant toute la durée de la campagne.

2002 : fonde le courant "Nouveau Parti Socialiste" au sein du Parti Socialiste

Arnaud Montebourg fonde ce courant au sein du Parti Socialiste avec Vincent Peillon, Julien Dray et Benoît Hamon.

Juin 1997 : élu député de la sixième circonscription de Saône-et-Loire

A l'occasion de son entrée à l'Assemblée Nationale, Arnaud Montebourg mène avec Vincent Peillon la mission d'information sur le blanchiment de capitaux en Europe.

"Candidat ? Mais pour quoi faire ? Pour organiser le retour de la France. Après une décennie d'éclipse, la France doit être de retour. Après une perte de substance, elle doit se reconstituter, s'affirmer telle qu'elle veut être et retrouver sa force intérieure qui lui fait défaut. C'est cela le projet de Nouvelle France, nous retrouver nous-mêmes et la fierté de l'être. C'est ce projet que je veux vous présenter [...]."

Arnaud MontebourgDiscours de Frangy, 21 août 2016